Braver les éléments pour faire de la belle photo

Harfang - St-MichelWeekend de tempête, de bordées de neige, de poudrerie, de bourrasques et d’intempéries.   Certaines régions n’ont pas été épargnées.  Que faire alors? Sortir bien entendu.  Braver les conditions météo pour aller capter les éléments qui se déchaînent.  Les boîtiers et les lentilles se sont déjà mesurés à des conditions climatiques très difficiles.  La majorité des photographes, moins.  Vous faites parti des braves? ;-)

Bon début de semaine à vous tous et merci encore une fois d’être à ce rendez-vous hebdomadaire.  Holàlà, le dernier weekend a été un peu costaud particulièrement si on était dans une des régions les plus touchées par la dernière tempête de neige.  Vendredi dernier, malgré la tempête qui sévissait, j’ai choisi de me déplacer en direction de la région de Bellechasse sur la Rive-Sud de Québec.  Petit hic, les routes pour y accéder ont été fermées pendant une bonne partie de la journée en raison des conditions de route périlleuses.  Ça été embêtant et un inconvénient mais rien de dramatique.  Il fallait que je prenne mon mal en patience, voilà tout.  Ces fermetures occasionnelles des routes fait parti du paysage pour les résidents de cette région et ceux plus à l’est dans le bas du fleuve.  Ça me rappelle toujours ces marins qui reviennent du large où ils ont connu la tempête et on leur demande: «Ça brassait?» et ils répondent laconiquement «Ah, c’était pas mal». Misère!

Harfang - St-Michel

La thématique pour mon article s’est donc imposé à mon esprit sur le chemin du retour. Braver les éléments et faire de la photo pour exprimer les forces de la nature.  Pas toujours facile ni tentant, je vous l’accorde.  Je ne vous encourage pas à devenir des «chasseurs de tornade» ou de mauvais temps comme certains en font une profession dans le mid-ouest américain.  N’ayez crainte, pas besoin de courir après le mauvais temps, il vient souvent à nous.  Et lorsque c’est le cas, pourquoi ne pas enfiler de bons vêtements pour se protéger et aller capter certaines situations?  Peu de photographes le font.  Vos photos seront par conséquent différentes et uniques.  Mais en tout temps, de grâce, prudence.

© Louis Lavoie photo. N'hésitez pas à commenter ou à vous procurer cette photo si elle vous plaît. You like this photo? Don't hesitate to comment or order.Que tente-on d’exprimer?  De capter? Généralement, on cherche à trouver la façon de mieux illustrer les forces de cette nature lorsqu’elle décide de se laisser aller.  Parfois, on pourra privilégier un cadrage plus vaste comme dans le cas de la photo ci-haut avec ce champ balayé par la poudrerie et les vents prononcés.  Parfois, ce sont davantage des détails qui illustreront le mieux cette force.   Dans les deux cas toutefois, une vitesse rapide s’imposait afin de capter le détail de cette neige balayé par les vents ou encore les fines gouttelettes résultant des fortes vagues sur les roches. Pourquoi une vitesse rapide? Imaginez un instant une exposition plus longue.  Vous auriez un beau filé d’eau vaporeux pour la vague et un paysage d’hiver sans relief, harmonieux en apparence.  Tout le contraire de ce que vous voudriez illustrer.  Les vitesses privilégiées ont été 1/800 sec. dans le cas de la photo ci-contre, 1/1000 sec. dans le cas du paysage d’hiver ci-haut.

D’autres fois, vous êtes mieux servi par un temps de pose plus long, surtout lorsque la neige est abondante mais le vent moins présent.  Si votre vitesse est trop rapide, on percevra plusieurs points blancs pour la neige mais rien qui témoignera de son abondance ou de sa densité. Sur un fond sombre, rien de tel qu’une pose plus longue pour faire ressortir la pluie ou encore la neige.  Vitesse 1/50 sec. pour la photo ci-contre.

Même approche dans le cas de cette photo.  Sur fond sombre, l’abondance de la neige ajoute à l’atmosphère. J’ai fait quelques essais quant à la vitesse à privilégier pour le mieux exprimer l’abondance des flocons.  Vitesse 1/125 sec. J’ai aussi privilégié une position au ras du sol pour donner cette perspective sur la statuette. Un regard en plongée aurait trop atténué son importance dans ma photo.  Certains remarqueront l’inscription sur la pierre tombale.

Il pleut abondamment?  Vite dehors avec des vêtements imperméables et un peu de protection pour notre équipement photo.  Si on choisit de faire de la photo de rue, il s’agit de repérer une situation qui exprimera le mieux la situation et attendre le bon moment.  Cette immense flaque d’eau témoignait de la force de l’ondée qui s’abattait.  Si j’espérais le classique passage d’une voiture qui éclabousserait tout sur son passage, c’est plutôt le courage de cette cycliste qui a retenu mon attention.  Ma vitesse dans ce cas-ci n’a pas été la meilleure: 1/30 sec. seulement avec une ouverture F8.  Il en résulte en un léger flou.   Zut mais pas désagréable quand même.

Droits d'auteur

N’oublions toutefois le bon côté de ces tempêtes.  Il y a l’avant-tempête puis les lendemains de tempête.  Deux moments forts qui offrent un excellent potentiel pour la photo paysage. Le ciel aura de la personnalité et qui ne bat ce moment où le soleil parvient à percer la couverture nuageuse.  La lumière sera magique et vos photos le seront tout autant.

J’espère que l’article d’aujourd’hui vous a plu.  N’hésitez pas à commenter et à nous faire part de vos suggestions.  Merci encore une fois pour votre présence.  Elle est essentielle.  

Les nouveautés & aubaines

Des rabais fort intéressants tout comme des nouveautés. En commandant via nos hyperliens, vous soutenez ce blogue. Merci de votre appui.

About these ads
Ce contenu a été publié dans Sources d'inspiration, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Braver les éléments pour faire de la belle photo

  1. Helene dit :

    Bonjour M. Lavoie, Je considère que je fais parti des « braves » car j’adore me promener avec mon 7D même à moins 37 degrés. Par contre, je ne parviens pas à avoir votre qualité de photos. Mais quel ciel souvent la nature nous donne pour nos efforts. Vos articles sont tous très intéressants et je rêve d’un moment avec vous pour compléter et me rassurer avec ma caméra.

    • Merci Hélène pour ce beau commentaire et bravo pour le «courage» et la détermination. La question m’est souvent posée depuis ce matin mais oui notre équipement peut subir les rigueurs du climat. Vous avez raison. À moins 37 degrés, votre 7D ne s’ennuie pas. Les batteries perdront rapidement de leur efficacité mais l’équipement ne souffrira pas. Si l’occasion se présente, au plaisir de pouvoir vous accompagner dans votre cheminement photo. :-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s