C’est pas l’habit…

Je suis de passage...  Explore Jun 14, 2011 #331L’habit fait-il le moine?  L’équipement fait-il le photographe?  Avec un nouvel équipement, vos photos évolueront-elles de façon significative?  Comment?  En résolution?  Saturation de couleurs?  En composition?  En détails?  Petit billet d’humeur animé par un petit blues d’hiver.

Merci!

J’écris cet article après une magnifique journée de formations privées auprès de passionnés photo.   Je m’estime très privilégié d’avoir la chance de côtoyer ces passionnés.  Je m’estime d’autant plus chanceux que des inconnus, après avoir fait des recherches, m’accordent leur confiance le temps que quelques heures afin que je puisse les aider à progresser dans leur passion.  C’est vraiment un privilège et un réel plaisir de voir ces yeux s’allumer et scintiller lorsqu’un déclic se produit, lorsqu’ils saisissent mieux le fonctionnement de leur appareil et qu’ils parviennent (enfin!) à réaliser les photos qu’ils avaient à l’esprit.  Je suis témoin de ces beaux moments et du bonheur qui s’ensuit.  Enfin ils pourront réaliser les photos voyage, paysage, portrait ou sport qu’ils souhaitent.  C’est pour ces moments-là, pour votre présence hebdomadaire – et pour ma propre photo – que ces heures à écrire ce blogue prennent toute leur signification.  Merci à ceux et celles qui me font confiance et merci à vous d’être à nouveau présent à ce rendez-vous.

Au début, il y a eu ça!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Voilà la photo qui a débuté le tout pour moi. Celle-là.  Oui, oui.  Une photo sans qualités. Ratée.  Très.  Une photo de Shouke, un jeune Mongol dont j’ai testé la patience.  Je ne connaissais rien au sujet de la photo.  Je ne savais pas comment tirer profit de mon premier compact numérique.  Je tentais de faire un gros plan sur l’oeil et d’avoir les montagnes au net à l’arrière.  L’appareil réagissait d’une façon qui m’échappait.  J’avais une photo à l’esprit mais je ne savais – ni ne pouvais – avec mes connaissances de l’époque, parvenir au résultat que je voulais.   J’étais frustré. Voilà qui vous semble familier?  Nous étions alors au tournant des années 2000.

Dès mon retour, voilà que je me précipite vers un magasin photo près de chez moi.  Je me souviens encore de ma conversation avec Sylvain, un sympathique vendeur avec lequel j’ai souvent échangé par la suite.  Sylvain m’a écouté avec patience alors que je lui expliquais – du mieux que je pouvais – la vision de la photo que j’aurais souhaité faire.  Au bout du compte, j’ai compris qu’avec mon pauvre compact numérique de l’époque, je n’avais pas l’équipement pour réaliser la photo que j’avais à l’esprit.  Je suis donc sorti du magasin avec un Canon 300D.  Nous étions à l’automne 2003.

Vitesse accélérée jusqu’à aujourd’hui.  Plus de dix ans plus tard.   Qui a-t-il de changé depuis mon premier achat dans mon cheminement photo?  10 ans de lecture de magazines photo pour mieux apprendre.  Probablement une quinzaine d’ateliers de formation.  Cinq boîtiers.  Et surtout, probablement plus de 100 000 photos.  Pas 10.  Pas 20.  Pas 50. 100 000 photos.  Peut-être plus encore.  Peut-être moins.  C’est pas important.  Je n’ai pas fait la recension de l’ensemble des déclenchements sur mes capteurs pour avancer ce chiffre. C’est très peu pour des pros.  Ou c’est beaucoup pour d’autres.  C’est selon.

Le boîtier = pro

Je suis de passage...  Explore Jun 14, 2011 #331

Cette semaine, alors que je poursuis un projet photo portant sur la photo de détails architecturaux et d’ambiance dans une maison d’enseignement supérieur, j’ai quelques étudiants et membres du personnel qui m’ont approché en me lançant la classique: «Avec un équipement comme ça, tu dois faire de la belle photo!».  Bien sûr.  Que j’aille un boîtier plein capteur avec un sac photo en bandoulière plein de lentilles fixes, un trépied en prime, voilà qui me donne l’allure d’un pro.  Je dois donc faire de la belle photo non?  Ça vient avec non?

Grrrrrrrrrrrrrrr.  Non!  J’ai l’air de Robocop avec mon sac photo et mon trépied en bandoulière.  Je ne sais pas même pas ce qu’un photographe doit avoir l’air.

Est-ce que je fais de la meilleure photo aujourd’hui parce que j’ai eu un 300D, puis un 400D, puis un 40D, puis un 7D et maintenant un plein capteur?  Nooooon!  Faites-vous de la meilleure photo depuis que vous avez un nouvel appareil?  Ce pourrait-il que vous faites de la meilleure photo parce que vous avez fait l’effort de mieux connaître votre appareil?  Parce que vous avez fait l’effort de connaître les principaux fondamentaux de la photographie?  Parce que vous avez fait l’effort de connaître l’oeuvre de certains photographes qui vous ont inspiré? Parce que vous prenez le temps de lire des blogues photo, dont celui-ci?   Et si votre progression photographique reposait sur des connaissances accrues plutôt qu’un investissement matériel?

Ouvriers chinois

J’ai eu le goût de ressortir quelques-unes des photos que j’ai réalisées avec mon Canon 300D de l’époque.  Un 300D qui tirerait toujours très bien son épingle du jeu aujourd’hui avec ses six mégapixels. Six mégapixels?  Voilà qui reste bien suffisant considérant la diffusion contemporaine des photos.  Le Iphone 5? Huit mégapixels à peine.  Et des millions de personne considèrent le tout comme suffisant pour leurs besoins photo.  Alors le 300D?  Toujours actuel pour nos photos dans les médias sociaux.  Et un fichier de 6 megs transformé en fichier TIFF peut faire le boulot pour des fins professionnels.  Je l’ai fait à l’époque.  Je suis convaincu que ça fonctionnerait encore aujourd’hui.

Des 40D se vendent pour des bouchées de pain sur le marché de l’usager actuellement. Les 7D chutent de prix de façon draconienne compte-tenu de l’arrivée prochaine du 7D mark ii. Puis plusieurs exemplaires des pleins capteurs Canon 5D de générations précédentes sont en vente à des prix abordables.  Pourquoi se ruiner?

Somewhere...somehow...Vers où?...Vers quoi?....

Donnez-moi un Canon 300D aujourd’hui et je réussirai la photo que je souhaitais produire en Mongolie. Redonnez-moi ce vieux compact numérique et j’y parviendrai. Qui a-t-il de changé? 100 000 photos, dix ans de lecture et de connaissances apprises. Voilà ce qui a changé.  Pas l’équipement. La connaissance.  Et le tout n’a pas été nécessairement en ligne droite mais sous le signe de l’exploration.

À tous ceux et celles qui investissent dans la formation, dans des lectures, dans la recherche de connaissances et d’informations, vous faites un choix judicieux.  Vous faites le choix que ce n’est pas l’équipement qui va vous définir comme photographe mais plutôt vos connaissances, votre sensibilité et votre créativité – tout comme votre expérience et ces milliers et milliers de photo à produire pour tendre vers une plus grande maîtrise photographique.

Je viens de terminer la lecture d’un excellent numéro du magazine Réponses photo inspiré par Raymond Depardon.  Dans les nombreuses portions d’entrevues ça et là dans le magazine avec Depardon, il est à peine question de son équipement photo.  À peine.  C’est tellement secondaire.  Par contre, on est heureux d’en apprendre davantage sur sa vision photo, sur ses points de repère, sur sa démarche.  L’essentiel est là – non pas dans un Rollerflex avec une lentille 85mm, un boîtier Hasselblad, etc.  Au fait, avec quel boîtier ou chambre travaillait Ansel Adams?  Vous avez raison – ça importe peu.  Ses photos et sa vision, si.

Vous avez déjà vu des photos de Depardon, Doisneau, Cartier-Bresson, Capa, pour ne nommer que ceux-là, photos d’eux avec un appareil au cou?  De quel marque était-il? Quel modèle?  Personnellement, j’y accorde peu d’importance – c’est leur vision et leurs photos qui m’intéresse.  Aujourd’hui, pour plusieurs «personnalités photo du Net», ça fait tendance d’écrire pourquoi ils changent de modèles, de manufacturiers, de familles.  On veut justifier publiquement nos choix technologiques.  Et les disciples suivent.

C’est pas l’habit qui fait le moine.  C’est sa recherche intérieure.  Mais ça, vous le saviez déjà. :-)

Les nouveautés & aubaines

Des rabais fort intéressants tout comme des nouveautés. En commandant via nos hyperliens, vous soutenez ce blogue. Merci de votre appui.

About these ads
Cette entrée, publiée dans Billet d'humeur, est taguée , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien.

7 réponses à C’est pas l’habit…

  1. Pingback: Bien gérer son autofocus pour éviter le flou | Fairedelabellephoto.com

  2. 1idee dit :

    suis tout à fait d’accord! ce n’est pas l’appareil qui fait le photographe mais bien l’oeil de celui-ci … et quel que soit l’appareil je pense même qu’il est essentiel de choisir celui que l’on peut avoir sur soi au moment où l’on veut faire une photo…. ;-)

  3. VBonnefond dit :

    Encore un magnifique article Louis. On pourrait même penser à ces courants artistiques qui montrent de bonnes photos avec des appareils bon marché (pola, lomo, etc…)
    Effectivement, outre une exploitation particulière de la photo (taille du tirage) ou une prise de vue dans des conditions très spécifiques (haute sensibilité / bruit, par ex), c’est le photographe qui fait la photo (même s’il lui arrive parfois d’être frustré par les limitations de son matériel)

  4. Helene Houle dit :

    Bravo M. Lavoie pour ce billet qui démontre tellement la réalité. Oui, après avoir laissé la photo argentique depuis plusieurs années, les notions sont très loin lorsque l’on passe au numérique à l’heure de la retraite. Les sites comme le vôtre et des cours sont nécessaires pour utiliser à plein notre boitier. Continuer votre beau travail.

  5. Dominique-André dit :

    Bonjour Monsieur Louis :-)

    Bel article très apprécié. Je partage bien entendu votre vision des choses MAIS dans le même temps, je me pose les questions suivantes et ce depuis un bon moment …

    Cartier Bresson et ses contemporains n’avaient pas les MPx actuels, c’est vrai. Mais si ces photographes hors pairs vivraient de nos jours, que feraient-ils ? Quels seraient leurs choix en terme de matériels, de lentilles etc …

    Ensuite, encore une fois, je suis d’accord sur le fond de votre article. On peut sortir de très bonnes photos avec des appareils peu onéreux quoi que dans le cas d’un Iphone 5 avec ses 8mpx, la douloureuse (600-900 €) est tout de même bien au rendez-vous, tout est relatif… Mais encore, il y a lieu de se poser la question de la destination finale de nos photos au moment de l’achat de nos appareils ! … Si c’est pour du Facebook, ok, 8Mpx sont largement suffisant mais pour réaliser une exposition avec des tirages sur toile photo 75×50 …je crois qu’il vaut tout de même avoir un bon Nikon 800D (par ex.) … Ensuite, les bonnes lentilles coûtent souvent plus cher que les appareils eux-même quasi … Pour finir, je crois que la photo, si l’on veut vraiment en faire son hobby par passion, ne parlons pas des pro’s, on ne pourra s’empêcher de succomber aux sirènes du marketing des marques … A moins de vivre sur une île déserte ;-)

    Après tout, pouvoir toucher et s’acheter un bon et beau matériel fait aussi partie du plaisir de la photographie … isn’t ?

    Merci Mr Louis et belle semaine au Quebec :-)

    • Oui c’est vrai Dominique André que ça fait parti du plaisir. Pour les intéressés, pourquoi se priver de son plaisir. Toutefois mon propos vise à rappeler que la progression photo ne repose pas uniquement, voire même simplement sur le matériel. L’œil photo ne devient pas meilleur uniquement en passant de 12 à 16 mégapixels. Et s’ils étaient toujours des nôtres, fort à parier que certains grands auraient probablement à leur cou un Fuji X100. ;-). Probably.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s