Place au «street art»

© Louis Lavoie photo.  N'hésitez pas à commenter cette photo si elle vous plaît.  You like this photo?  Don't hesitate to comment.Dans la foulée de notre dernier article sur la photo voyage, pourquoi ne pas faire une place à la photo du «street art», cet art de rue qui habite parfois les lieux où on habite, qu’on visite et qu’on découvrira au gré de nos pérégrinations.  Y’a des coups de coeur lors de nos voyages qu’on veut garder pour soi mais qu’on pourrait également faire connaître.  Le «street art» est une belle occasion de mettre de l’avant nos habiletés au chapitre de la photo de rue.

Merci pour votre présence hebdomadaire à vous tous.  Au moment où nous nous dirigeons vers la période estivale plus calme, vos visites sur mon blogue restent toujours aussi élevées.  Voilà qui est très apprécié.  De beaux projets sont en gestation pour la prochaine année et j’ai bien hâte de vous en faire part.  Merci pour vos suggestions, commentaires et présence.

L’article de cette semaine est justement inspiré par une belle suggestion de Paule et découle de notre article sur la photo voyage de la semaine dernière.  Paule, avec justesse, faisait part qu’au gré de nos voyages et du fait que nous déambulons souvent dans des villes que nous découvrons, nous sommes à l’affût de découvertes.  Nous voyons les lieux pour une première fois avec toute la sensibilité que cela suggère.  Paule a partagé avec moi un article fort intéressant intitulé «20 villes incontournables dans lesquelles vous découvrirez les plus belles oeuvres street art du monde».  Certaines oeuvres mises de l’avant dans l’article sont remarquables.

Pour les fins de notre article, nous ne chercherons pas à distinguer l’art mural et les graffitis.  Qu’il s’agisse de l’un ou de l’autre, chacun offre un fort potentiel photographique à privilégier selon nos intentions.  Encore une fois, voilà à mon avis où réside l’essentiel dans votre démarche.  Quelle est votre intention au moment de prendre une photo, dans ce cas-ci d’une oeuvre de «street art»?  Voulez-vous démontrer son existence?   Voulez-vous relayer son pouvoir subversif selon son propos et la ville où elle a été créé?  Voulez-vous profiter de sa présence pour créer une histoire et en faire une véritable photo de rue? Voici quelques exemples de mon crû avec les réflexions qui m’ont guidé.

© Louis Lavoie photo.  N'hésitez pas à commenter cette photo si elle vous plaît.  You like this photo?  Don't hesitate to comment.Dans le cas de la photo ci-dessus, découverte au fil d’une virée dans un quartier de Toronto.  La couleur bien entendue a retenu mon attention mais la présence de ces trois appareils téléphoniques apparaît comme des vestiges d’un passé récent.  Les couleurs de ces installations s’harmonisent tout de même bien avec la fresque murale.  Ma composition visait à intégrer les trois cabines téléphoniques.  Leur présence permettait de donner une échelle à l’ensemble.  Mais mon intention – outre la captation de la fresque – visait à présenter l’opposition entre le contemporain et l’ancien.
«Lumières, caméra…action!»  La composition s’imposait.  La murale est magnifique.  Tout est bien mis en place.  Par contre, il manquait un élément: un figurant.  Cette passante s’est retrouvé au milieu de la scène.  Il m’a fallu attendre quelques minutes.  Quelques prises avec différents passants avec mon appareil compact m’a permis d’avoir le positionnement souhaité.   Une photo de cette murale sans un élément humain m’apparaissait d’un intérêt moindre.

© Louis Lavoie photo. N'hésitez pas à commenter cette photo si elle vous plaît. You like this photo? Don't hesitate to comment.Dans ce cas-ci, j’ai eu la chance d’être présent pendant le festival de création de ces grandes pièces murales de «street art» sur la rue Saint-Laurent à Montréal.  Rien de tel de capter les artistes à l’oeuvre permettant ainsi  aux lecteurs de notre photo d’avoir, non seulement un point de repère pour apprécier la dimension de l’oeuvre mais également de découvrir les créateurs.  En outre, au chapitre de la composition, j’ai attendu pour que les éléments soient bien en place, qu’il n’y aille pas de chevauchement et qu’un des artistes soit au bon endroit pour profiter du regard bienveillant de l’immense personnage à l’endroit de son créateur.  Curieusement, cette photo m’apparaît très intime à cause de la composition et de la situation malgré son immensité.

Dans ce cas-ci, j’ai joué d’audace.  La murale est d’allure spectaculaire, surtout dans le contexte hivernale.  Un peu de couleurs en plein hiver ne fait pas de mal.  J’ai cherché à créer une photo HDR.  J’ai donc capté trois prises en profitant du passage d’un jeune couple.  Qui plus est, j’aime le fait que le couple est dans le même axe que le motif jaune sur le mur.  Ce dont je ne m’attendais pas mais qui est agréable est le fait que le couple affiche sa présence «fantôme» à quelques reprises dans la photo.  Dans mon traitement photo, j’ai assombri légèrement les silhouettes du couple.  Ce dernier semble «aspirer» hors du temps/espace – ou est-ce mon esprit qui a trop d’imagination? :-)

Parfois, l’art de rue n’est pas uniquement mural comme en fait foi cette installation qu’on retrouve à proximité du Musée des beaux-arts à Montréal à chaque été. C’est un endroit très sympathique qui donne une foule d’occasions photo. Pour donner une certaine perspective et une échelle à l’oeuvre, j’ai attendu le passage d’un passant. Coup de chance, il pleuvait ce qui a un effet heureux sur les couleurs et donne du relief au macadam.  La même scène sous un soleil de plomb (et le parapluie en moins) serait plus banale.

Découvrir une oeuvre d’art de rue et s’enthousiasmer devant celle-ci est une chose.  La capter pour lui rendre justice et surtout produire une photo de qualité est certes à votre portée.  Il importe que vous ayez et soyez conscient de votre intention avant de prendre votre photo.  Capter pour capter?  Capter pour raconter une histoire?  Capter pour illustrer un aspect?  En ayant une intention, celle-ci influencera votre composition de même que la situation à capter.  Votre photo n’en sera que meilleure.

N’hésitez pas à commenter et merci encore une fois pour votre présence et vos mots.  Ils sont essentiels.  

Les nouveautés & aubaines

Des rabais fort intéressants tout comme des nouveautés. En commandant via nos hyperliens, vous soutenez ce blogue. Merci de votre appui.

 

About these ads
Cette entrée, publiée dans Sources d'inspiration, est taguée , , . Bookmarquez ce permalien.

6 réponses à Place au «street art»

  1. Dominique-André dit :

    Bonjour Monsieur Louis :-)

    Ainsi donc, nous avons deux endroits pour nos rendez-vous et que je recommande chaudement quand je le peux, votre page Facebook et sur votre blog … Je trouve que les deux sont parfaitement complémentaires et je ne peux modestement que vous encourager à continuer ! …

    Pour en revenir à votre article de cette semaine, article très intéressant au demeurant, je fais plus souvent à l’instinct que de commencer à me poser des tonnes de questions… Bon, je réfléchis sur les règles des tiers etc, le côté technique, iso, ouverture, diaph, flah, no flah etc…cela fait déjà beaucoup lollll mais sur l’intention de l’artiste, pas souvent je dois battre ma coulpe ! … Merci donc à vous d’avoir attiré mon attention sur ce point. … Bravo pour cette photo superbe plus haut avec la dame qui regarde l’oeuvre en marchant rapidement et le personnage "qui lui tend la main", elle est géniale cette photo ! …

    Belle semaine :-)

  2. Andrée dit :

    C’est très, très intéressant Louis… ça fait réfléchir beaucoup avant de faire clic. Le mot intention revient dans tes propos et prend toute la place dans mon expérimentation actuelle. Merci pour les précieux enseignements.

  3. Larry dit :

    Merci Louis pour cet article fort intéressant. Il est vrai que le "Street art" est un thème peu utilisé dans les voyages photo. On s’évertue généralement à prendre des monuments, des lieux, … mais jamais ces vieux murs, ces quartiers pauvres ou abandonnés magnifiquement mis en valeur par ces artistes de la rue. Ces derniers racontent une histoire lorsqu’ils mettent en scène leurs pochoirs et peintures. On aurait tort de ne pas s’arrêter et de s’en priver.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s