Un petit rien pour faire de meilleures photos

Serge Reggiani, vous vous souvenez? Il suffirait de presque rien, peut-être dix années de moins pour que je te dise «je t’aime» ♪.   D’accord, d’accord, pour les plus jeunes, Reggiani ne fait pas tendance.  Ceci étant, cette chanson reste à mon esprit au moment où j’écris cet article.  Il suffirait de presque rien… peut-être pas dix ans comme il le chantait mais sûrement peu de choses, d’un seul élément souvent pour qu’une photo prenne son essor.  Pour qu’elle trouve un autre souffle, prenne une autre couleur ou génère un effet plus percutant.  Il suffit souvent juste d’un peu d’observation et parfois, un peu de chance.  Voici quelques exemples pour vous montrer de petits détails qui font une différence.  Au fait, avant d’aller plus loin, Reggiani vous vous souvenez?

L’idée pour cet article m’est venu suite à la sortie sur le terrain avec l’un de mes groupes d’étudiants.  S’il est une chose sur laquelle j’insiste beaucoup auprès d’eux à ces occasions, c’est de rentrer dans le sujet.  Le mettre bien présent dans le cadrage.  Lui donner du volume. Nous faire sentir sa proximité.  L’autre élément que je m’applique à inculquer aux étudiants est l’analyse du sujet qu’ils souhaitent capter, surtout si ce dernier est fixe.  La situation restera stationnaire?  C’est le cas, alors il faut prendre le temps d’examiner notre sujet, de se déplacer pour retenir par la suite le meilleur angle, la meilleure perspective pour le capter.

Ça n’a pas été facile de trouver des photos pour illustrer les principes que je veux illustrer aujourd’hui.  Lorsque je fais l’éditing de mes photos, je ne m’applique pas à retenir les moins intéressantes en me disant qu’un jour, elles me serviront.  Mais disons que j’ai aussi un petit côté conservateur qui m’amène parfois à me dire: «celle-ci est bien…mais celle-là, c’est mieux!», et voilà que je ne suis pas capable de détruire la première, craignant d’avoir des remords. 😉

Voici une situation qui avait retenu mon attention. Une belle fontaine au centre-ville de Salt Lake City au Utah. L’heure du jour était un peu ingrate pour cette photo mais n’empêche que j’ai eu un certain plaisir à composer un cadrage pour faire ressortir la symétrie et l’effet miroir en positionnant la convergence des jets d’eau au centre de mon cadrage.  Travaillant avec un trépied et un polarisant, je suis parvenu à obtenir une vitesse suffisant lente pour produire un petit flouté.  Comme à l’habitude, surtout lorsque les formes et les masses sont présentes, je privilégie un traitement numérique noir et blanc.  La photo est correcte, le sujet classique.  C’est un cliché de voyage correct.  Il manque toutefois de la personnalité, un élément qui donnerait plus d’impact à celle-ci.

Il a suffit de peu de chose.  En me déplaçant moins d’un mètre vers la gauche, j’ai remarqué que j’obtenais un cadrage beaucoup plus dynamique.  Les jets d’eau ne convergeaient plus vers le milieu de mon cadrage mais traversaient plutôt le haut de celui.  Notre oeil est dorénavant inclus à l’intérieur de ce cadre créé par les jets d’eau. J’ai adopté une position plus basse et j’ai demandé à la personne qui m’accompagnait de se déplacer au milieu de l’arc.  Je trouve ma composition beaucoup plus intéressante. L’eau semble plus proche.  Les arcs d’eau créent un beau cadre naturel qui guident notre oeil vers la silhouette d’une personne. Comme à l’habitude dans mon cas, le choix du noix et blanc vise à renforcer les formes et les masses présentes dans ma composition.  Il suffisait de peu de choses: trois pas à gauche, une légère inclinaison vers le bas et une personne incluse dans le cadrage.  Cette photo-ci me plaît davantage que la première.

google+-2560

Dans ce cas-ci, je trouvais la situation intéressante non loin du pont de Brooklyn. J’y ai passé tout près d’une heure et j’observais beaucoup les passants. Les couples étaient très présents, tous profitant pleinement des airs printaniers inattendus au début du mois de janvier. À un moment donné, ces trois couples ont convergé à cet endroit, chacun étant à son affaire.  Le potentiel d’une bonne photo était présent mais les poses n’étaient pas les meilleures.  Que faire?… Attendre!

Voilà qui fonctionne beaucoup mieux. Un selfie au 1er plan, le couplea au centre avec le regard au loin et le 3e couple, évaluant une photo prise.  En prime, coup de chance, un remorqueur vient se loger à l’arrière-plan. J’ai privilégié le format carré plutôt que le format paysage pour mieux cadrer la situation.  J’aime mieux celle-ci.  Il suffisait de presque rien dans le fond.  Attendre…et avoir un peu de chance.  Ne vient-elle pas à celui qui sait attendre? 🙂

Voici une statue très imposante sur une place publique à New-York.  En arrière-plan, on observe un ciel de tempête avec passablement de densité.  Une perspective en contre-plongée convenait bien à cette statue très massive de ce militaire chinois, Lin Zexu, connu pour sa lutte contre la contrebande d’opium en Chine au 18e siècle. Je me suis appliqué à faire une exposition correcte pour conserver des détails dans le ciel.  Les pigeons sont nombreux au pied du militaire, telle une troupe attendant des ordres.  Le tout est correct, classique mais n’a pas l’effet que j’aimerais obtenir.  Que pouvais-je faire de plus?  En fait, il fallait prendre le temps d’observer.  J’ai remarqué que les pigeons s’envolaient à des fréquences régulières dès qu’un bruit inquiétant se manifestait.  On est à New-York après tout. 😉  Que faire alors? Attendre pour obtenir la situation que je souhaitais.

Un bruit est survenu.  Comme à l’habitude, les pigeons se sont envolés et ont effectué un premier cercle autour de la place publique. Puis ils ont effectué un 2e passage à proximité de la statue.  J’avais observé leur manège et je savais à quel moment déclencher.  Même si je ne pouvais inclure toute la statue dans mon cadrage, je préférais capter la portion du haut avec ces silhouettes d’oiseaux, même imprécises. Curieux contraste entre le regard figé et sévère du militaire et ces silhouettes d’oiseau aux apparences d’oiseaux de malheur.  Avec le ciel de tempête, le tout prend des allures dramatiques à souhait.  On aimera ou on n’aimera pas.  Et ayant lu les inscriptions au sujet de ce militaire, je trouve que ce portrait lui convient bien.  Il suffisait de presque rien: attendre, observer et anticiper.

Droits d'auteurCape-Cod.  Au détour d’une marche sur les dunes, je vois soudainement apparaître une situation intéressante: cette corde à linge avec des drapeaux américains. Les couleurs sont magnifiques et intéressantes.  Je capte le tout dans mon boîtier dès que mon regard se pose sur la situation.  La photo est correcte mais manifestement elle pourrait être beaucoup plus intéressante.  Que pouvais-je faire?

Droits d'auteur

Il suffisait de presque rien. Faire quelques pas de plus.  Me retrouver sur le haut de la dune plutôt que d’être dans le bas. Le cadrage est plus intéressant, le sujet est beaucoup plus visible.  Cette nouvelle perspective m’a permis d’inclure un ciel d’orage qui s’approchait et fait ressortir les couleurs des vêtements et des drapeaux.

Il suffit souvent de presque rien pour qu’une bonne photo devienne encore plus réussie.   Il faut essayer d’éliminer de notre cadrage ces éléments superflus qui détournent notre attention et nous distraient.  Certaines zones dans nos photos sont de trop et n’ajoutent pas d’informations à notre propos.  Il suffit parfois d’un peu de patience pour qu’une situation évalue de façon espérée et à notre bénéfice.  J’espère que l’article de cette semaine vous a plu et merci pour votre présence.  Elle est essentielle.  

Les nouveautés & aubaines

Des rabais fort intéressants tout comme des nouveautés. En commandant via nos hyperliens, vous soutenez ce blogue. Merci de votre appui.




Publicités
Cet article, publié dans Techniques photo, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s