Un petit rien pour faire de meilleures photos…bis

Il suffit parfois de peu de chose, presque rien comme chantait Reggiani pour que tout soit possible…et surtout pour que votre photo soit mieux réussie.   C’est souvent un détail, une perspective, un cadrage légèrement différent et voilà qu’une photo passe à un niveau supérieur.  Je vous invite aujourd’hui à un exercice de comparaison et surtout d’observation.  Le weekend prochain, j’aurai l’occasion de le faire sur le terrain avec mes étudiants.  Que cadrer.  Que retirer.   Le meilleur moment pour photographier.  Prendre le temps d’identifier les éléments distrayants dans notre photo.  Faire de bonnes photos est vraiment à votre portée. Vous chantonnez avec moi? ♫ Il suffirait de presque rien…pour que nos photos soient mieux réussis….♪

Bon début de semaine à vous tous et merci d’être à notre rendez-vous.  Je vous invite cette semaine à un petit exercice que vous avez beaucoup apprécié par le passé, soit celui de vous présenter deux photos ou plusieurs photos d’un même sujet mais avec de subtiles différences entre celles-ci.  Une manifestement est mieux réussie que les autres.  Dans les exemples que je vous propose aujourd’hui, je veux vous sensibiliser aux fins détails et à la richesse de votre sens d’observation.

google+-2317

Mon premier exemple est animé par un de mes sujets de prédilection au Jardin botanique de Montréal, soit ce grillage de bambou dans un pavillon du Jardin japonais. J’adore les quiétudes des lieux.  En marge des heures de grande affluence, le temps s’arrête.  La ville est au loin. Chaque petit recoin du Jardin japonais est un oasis de quiétude intérieure.  Étant présent dans le Jardin japonais pendant une tempête de neige, vous devinez que j’avais les lieux à moi seul.  J’ai été attiré par mon grillage de bambou et l’arbre au-delà de cette ouverture.  J’ai cadré et fait la mise au point au premier plan.  Clic! 1/640 de seconde, F4, ISO 100, lentille 50mm fixe.  Photo réussie. Toutefois, l’élément brun à l’arrière-plan (2/3 en bas à la droite) est désagréable.  C’est le point brun qui dépasse d’une des tiges de bambou.  Je l’ai remarqué à la prise de vue. Bien entendu, je pouvais me dire qu’avec mon logiciel, je pourrais tenter de faire disparaître.  Mais pourquoi ne pas le faire dès la prise de vue? N’hésitez pas à cliquer sur la photo si vous voulez la visionner en plus grand format et voir l’objet qui me dérangeait.

La solution est toute simple. Si simple que s’en est presque banal.  J’ai fait un tout léger mouvement vers ma gauche. Imperceptible pratiquement. Tout juste suffisant pour dissimuler l’objet brun derrière les trois morceaux verticaux de bambou.  Pas de Photoshop (ou de OnOne), pas de retouche. Clic! Voilà que l’intrus s’est volatilisé.  En plus, l’une des tiges de bambou à la droite me sert de cadre.  Un viseur optique (ou électronique) sur un appareil photo reste fort utile.  Je ne crois pas – avec mes yeux – que j’aurais été capable de déceler ce petit détail incommodant simplement en travaillant avec l’écran arrière d’un appareil.  Le recours à un viseur optique me permet – dans mon cas – d’être plus concentré sur mon cadrage, sur les éléments présents et sur leur disposition. Pour mon utilisation et ma démarche photo, la présence d’un viseur optique (ou électronique) de qualité est un critère important de choix pour mon équipement photo.

google+-2298

Dans la même virée au sortir d’une tempête de neige, voici une scène qui a retenu mon attention.  J’aimais bien ce banc de parc enfoui dans la neige avec les arbres à proximité.  Il exprimait bien la tempête de neige qui venait de sévir.  J’ai adopté une perspective légèrement surélevée.  Mes éléments sont bien disposés selon la règle des tiers.  Toutefois, dans la marge de droite, un bâtiment est présent en arrière-plan. Vous pouvez cliquer sur la photo pour voir celle-ci en plus grand format et noter les détails.  Ce bâtiment peut retenir et détourner un peu l’attention.  Dans cette scène nature, ce bâtiment n’a pas sa place.  Notre oeil en voyageant dans la photo va s’arrêter sur ce bâtiment.  Si certains sont des experts en retouche numérique, je considère qu’il est inutile de songer à l’effacer éventuellement lors du traitement numérique et de reconstruire le bout des branches de l’arbre.  Ce serait inutilement laborieux.  Il y a moyen de faire mieux.

Voilà qui est plus intéressant à mon oeil.  Il suffisait de presque rien.  J’ai conservé mon cadrage vertical puis ai déplacé légèrement ce dernier vers la gauche.  J’ai localisé l’arbre le plus important à la droite de mon cadrage. Non seulement ce nouveau cadrage élimine le bâtiment à l’arrière-plan mais il me permet d’inclure cette rangée d’arbre qui donne un plus bel aspect à l’ensemble.  La photo m’apparaît plus réussie.  Encore une fois, la présence d’un viseur optique m’a permis d’être plus juste et précis dans mon cadrage. Il se trouve également qu’en me déplaçant d’un ou deux pas vers la droite, je me suis rapproché du banc de parc, lui donnant ainsi plus d’importance dans mon cadrage.  Ce paysage d’hiver m’apparaît mieux capté et plus esthétique avec ce tout léger ajustement.

google+-3080Autre exemple à l’occasion d’une virée dans le Vieux-Québec.  Dans la grisaille de cette journée et d’un hiver qui s’éternise, ce bouquet coloré ne pouvait manquer d’attirer mon attention.  Enfiiiiiin, un peu de couleurs.   On se précipite sur l’appareil photo et produisons un cadre approximatif qui inclus plusieurs éléments qui n’apportent que distractions à notre sujet.  Cette portion de vitrine, cet enseigne de même que le bas de la fenêtre sont les signes d’un cadrage négligent.  Pire, notre sujet est vraiment éloigné dans notre cadrage et ne prend pas sa juste place.  Manifestement, on est loin du principe «rentre-dedans» et du cadrage rentre-dedans que je tente toujours d’inculquer.  Vous pouvez cliquer sur la photo pour voir celle-ci en plus grand format et noter les détails.

google+-3081

Dans les circonstances, voilà une photo mieux réussie. Du moins, son propos est plus évident.  Exit les éléments distrayants.  Comme spectateur, le sujet m’est présenté de façon plus rapproché.  Pour obtenir ce résultat, je n’ai pas recadré la photo du haut mais je me suis déplacé pour capter une nouvelle photo et obtenir un meilleur résultat.  Dans les deux cas, j’ai privilégié un cadrage en mode portrait (vertical) puisque je cherchais à isoler le sujet, à avoir un regard plus resserré sur ce dernier.  En plus, le sujet m’incite à un cadrage à la verticale.  Le format carré aurait également une option intéressante si mon appareil l’avait permis.  Pour obtenir un meilleur résultat, il faut soigner notre cadrage pour éliminer les éléments superflus et distrayants.  Bien entendu, j’aurais également pu faire un cadrage plus resserré encore, strictement sur le bouquet avec la porte en arrière-plan.

google+-3270

Les lecteurs assidus de mon blogue savent que devant de grands paysages, je suggère de faire une photo de l’ensemble puis par la suite, identifier un sujet plus restreint pour faire une 2e photo.   Dans mon site Web sur la plateforme photo Smugmug, j’ai une galerie photo intitulée «Paysages intimes».  J’aime capter des sujets plus intimes, moins à l’enseigne des grands espaces spectaculaires. Cette combinaison neige, eau et branche de conifères enneigée a retenu mon attention.  J’ai donc fait un cadrage serré avec une perspective en plongée, du haut du petit pont au-dessus de ce ruisseau encore gelé et enneigé.  Toutefois en l’absence de lumière, le tout est à plat, sans relief. Vous pouvez cliquer sur la photo pour voir celle-ci en plus grand format et noter les détails.

♫ Il suffisait de presque rien ♪…non pas dix années de moins mais plutôt d’attendre 30 secondes, 1 minute, peut-être 2 pour que le soleil fasse son apparition.  Puisque nous sommes tôt le matin, la lumière est alors rasante.  Elle sera éphémère puisque le soleil joue à cache-cache.  Je parviens à capter le moment avec la meilleure lumière puisque j’avais l’oeil sur le viseur optique, prêt à déclencher au moment opportun.  Il suffisait d’être patient et de savoir le résultat qu’on souhaitait obtenir. Encore une fois, tout ne tient qu’à peu de choses, un détail ou deux pour qu’une photo correcte ou banale puisse prendre un certain essor.  Je ne considère pas cette photo comme un chef-d’oeuvre mais elle est tout de même plus intéressante que la version précédente sans cette lumière ensoleillée et les ombres qui donnent un souffle et du relief à notre sujet.

Il suffit parfois de peu de chose, presque rien comme chantait Reggiani pour que tout soit possible…et surtout pour que votre photo soit mieux réussie.   C’est souvent un détail qu’on ajoute (la lumière, une nouvelle perspective, etc.) ou un élément distrayant qu’on élimine de notre cadre et voilà qu’une photo passe à un niveau supérieur.

J’espère que cet article vous sera utile.  N’hésitez pas à commenter ou à partager auprès d’intéressés.  Merci de faire connaître ce blogue.  

Les nouveautés & aubaines

Des rabais fort intéressants tout comme des nouveautés. En commandant via nos hyperliens, vous soutenez ce blogue. Merci de votre appui.

Note: Depuis quelques semaines, B&H offre la livraison gratuite au Canada pour toute commande supérieure à 99$US.

Publicités
Cet article, publié dans Techniques photo, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Un petit rien pour faire de meilleures photos…bis

  1. Catherine Chantin dit :

    Salut Louis,
    As-tu passé un bon we de Pâques ?
    Oui, tu as raison ! La patience est le propre du photographe.
    Une scène peut toujours être améliorée en changeant d’angle de PDV ou en attendant que le soleil nous fasse un cadeau.
    Personnellement, je clique 2 ou 3 fois pour la même scène, surtout lorsque le soleil joue à cache-cache comme tu le mentionnes.
    Avec le temps et la pratique, on apprend à imaginer la scène autrement et parfois, il suffit de presque rien pour faire` » La photo Waow  » comme j’aime à l’appeler.
    Bonne journée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s