Une île, des photos, «m’île» mots

Le vieux sage...

Photo (cliquable): Louis Lavoie photo

Ma série « Coups de coeur » vise à vous faire découvrir de belles photos – parfois les miennes.  Toutefois, aujourd’hui, j’ai le goût de partager avec vous un coup de coeur pour une destination photo extraordinaire.  Et je me permets d’emprunter l’expression «m’île mots» du photographe-guide René Bourque.

Mon article de la semaine dernière m’a amené à tourner à nouveau mon regard vers l’île d’Anticosti que j’ai eu le bonheur de visiter /photographier et  où la vie coule tranquillement au gré des vagues qui déferlent sur les rivages.  J’envie ce buisson, que j’ai baptisé «le vieux sage» dans ma photo, pour son emplacement et le point de vue extraordinaire qu’il a sur la mer.  Au printemps de même qu’à l’été, il est non loin d’une échouerie.  Il peut voir les phoques se faire dorer sur les roches, le sable ou encore en train de se laisser dériver la tête hors de l’eau.

L’île d’Anticosti est un trésor photographique que je vous invite à découvrir par le biais de quelques photos et «m’île» mots.

Photo: Louis Lavoie Photo

Une île aux nombreux visages

Amateur de photo paysage ou encore animalière?  L’île d’Anticosti est une destination incontournable au Québec.  Pour peu que votre itinéraire vous amène à vous déplacer sur l’île, vous serez en mesure de profiter de paysages très différents pour votre virée photographique.  Le littoral nord, plus sauvage, est plus escarpé avec ses falaises qui bordent le fleuve.  Du côté sud, ce sont de grandes plages et des échoueries.  Partout sur l’île, la nature règne en reine.  Elle trône, indélogeable dès qu’on sort de Port-Meunier.   La route sur terre battue et roches (attention aux pneus!) est parfois le seul repère pour nous rappeler que l’humain est de passage sur cette île.  La forêt domine, les cerfs sont les habitants des lieux – la sérénité en prime.

Maille à part...

Photo (cliquable): Louis Lavoie photo

Bien entendu, la macrophotographie fait parti du champ des possibles tout comme la photo de vestiges – qu’il s’agisse d’épaves échouées sur l’île en raison des naufrages sur le fleuve Saint-Laurent – ou encore de vieilles maisons délaissées depuis quelques dizaines d’années.  L’île est riche d’une histoire fascinante qu’il importe de photographier pour en conserver la mémoire.  L’épave du Wilcox dépérit d’année en année, incapable de résister aux vents sévères et aux tempêtes qui balaient le fleuve.  Des maisons abandonnées non loin de Port-Meunier marquent une autre époque.  D’autres vestiges sont un rappel des efforts de certains habitants de l’Île pour fonder, sans succès et bien avant Port-Meunier, un village dans une autre baie.  Les phares et les cimetières sont des témoins historiques.

Plusieurs défis sont à relever sur l’île.  Vous aimez combiner randonnée et photographie?  Des itinéraires sont possibles dans différentes régions.  Le brouillard est parfois de la partie, nous permettant de faire de belles photos.  La photo animalière est un «must».  Difficile de ne pas capter plusieurs clichés des nombreux cerfs que vous croiserez sur l’île.  Leur abondance ne veut toutefois pas signifier que leur approche sera facile.  Si certains à proximité des auberges et chalets sont plus familiers et moins farouches, la vaste majorité exigeront de votre part beaucoup de stratégie.

Par le carreau de mes yeux....

Photo (cliquable): Louis Lavoie photo

L’heure des compromis

Quel équipement photo pour l’île? Le choix est difficile puisqu’on doit tenir du poids de notre équipement et de nos bagages si l’on prend l’avion pour se déplacer vers l’île.

Quelques incontournables.  Un sac photo de type sac à dos m’apparaît intéressant puisque vous aurez à parcourir certaines distances avec votre équipement photo.  De l’eau et de la nourriture doivent faire parti de votre sac photo à l’occasion 🙂

Le trépied fait parti de votre équipement habituel?  Excellent, ne vous en privez pas.  Le trépied sera un équipement fondamental pour les longues expositions et des photos de couchers de soleil magnifiques.  Il est également un facteur de réussite important pour vos photos paysage.

Une longue focale s’impose.  Plusieurs opteront à juste titre pour la classique 70-300mm.  Pour ma part, je ne bouderais pas ma 100-400mm afin de capter les phoques plus sauvages et d’autres animaux plus difficiles d’approche.

Un objectif télézoom standard 17-50mm complétera un ensemble de base.  Si vous avez une lentille macro, n’hésitez pas à l’ajouter à votre sac photo.

J’enrichirais mon sac photo de quelques filtres.  Le polarisant bien sûr, fondamental surtout avec la belle lumière de l’île.  Puis, un filtre de densité neutre permettant de beaux filés d’eau de rivières, ruisseaux ou aux abords du fleuve.

Un disque dur portable pour la sauvegarde des photos, ma housse de protection imperméable Kata pour le boîtier, poire, chargeur et cartes mémoire additionnelles complèteraient le sac photo.

Prêt à partir?  Prêt à vivre une belle semaine photo?

Liens utiles

Quelle est votre destination photo de prédilection?  Merci de le partagez dans ce blog.  Enrichissez mon propos avec vos commentaires.  Avec vos mots, ce blog n’en deviendra que plus riche.

Publicités
Cet article, publié dans Mes coups de coeur, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Une île, des photos, «m’île» mots

  1. Merci à vous tous de partager la parution de cet article via Twitter et autres médias sociaux. Très apprécié.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s