Le plaisir de la photo composite

Plus souvent qu’autrement, c’est une invitation pour un ailleurs, un monde imaginaire.  C’est une présentation visuelle aux apparences d’une photo, ou d’un tableau mais qui amalgame plusieurs couches visuelles.  C’est une forme d’expression visuelle qui se fait apprécier rarement en un coup d’œil rapide.  Elle nous interpelle, nous fait revenir sur nos pas pour s’assurer qu’on avait bien vu…et tout à coup, on en voit beaucoup plus.  La photo composite est tout un monde à explorer.  Vous embarquez?

Bienvenue et merci d’être à nouveau à ce rendez-vous que je vous propose ponctuellement.  Merci pour votre présence.

Je partage avec vous les travaux que je réalise présentement au chapitre de la photo composite.  Qu’est-ce?  La photo composite est un traitement numérique qui part dans une direction tout à fait opposée au traitement habituel d’une photo.  Alors que dans ce dernier cas, on traite une photo pour la rapprocher de ce qu’on a ressenti, vu et souhaité exprimer lorsqu’on l’a capté, la photo composite devient une composition/création où l’on superpose plusieurs photos, textures, objets pour finalement réunir le tout en un seul calque.   (Note: les photos composites que je vous présente gagnent à être vu en grand format.  N’hésitez pas à cliquer sur celles-ci.)Montreal from Peel pound at sunsetL’inspiration pour une photo composite m’est venu à partir de cette photo de Montréal.  J’aimais bien celle-ci.  Dans une certaine mesure, elle traduisait l’énergie qui animait la ville et sa beauté au coucher du soleil.  Les grues de construction témoignaient de la reprise économique que nous connaissions à l’époque.  Je souhaitais toutefois mieux exprimer la «vibe», la fébrilité urbaine, l’énergie renouvelée de Montréal.
Montreal from Peel pound at sunset

J’ai donc créé une photo composite en ayant recours à trois calques et en déplaçant légèrement deux d’entre eux, créant ainsi un léger décalage entre chacun.  Voilà qui crée certes un flou mais également cette perception d’une vibration.  Vous pouvez mieux comprendre cet effet grâce à la photo ci-dessous.  Vous pouvez bien saisir l’exercice de léger déplacement des calques notamment en examinant le panneau publicitaire au haut de l’édifice à la droite. (à voir en grand format en cliquant sur la photo)

La photo ci-dessous s’inscrit dans le même ordre.  J’ai dupliqué une seule et unique photo pour créer deux calques.  J’ai fait appel au logiciel ON1 Photo RAW 2018 pour créer ce composite de même que tous ceux qui suivront.  Plusieurs outils et fonctionnalités sont essentiels dans le logiciel de votre choix pour réussir des photos composites, notamment la présence de calques, le mode de superposition des calques, l’outil de déplacement («Move») d’un calque de même que la fonctionnalité pour créer des masques afin de masquer certaines éléments ou sections d’un calque ou d’un autre.

Alors que le tout m’apparaissait très complexe dans Photoshop il y a quelques années, voilà que j’ai beaucoup de plaisir à recourir aux calques et des fonctionnalités avancées dans ON1 Photo RAW 2018 ou encore Luminar 2018.  Pour le moment, la version MAC de Luminar dispose de toutes les fonctionnalités nécessaires pour la photo composite.  Toutefois la version pour les utilisateurs PC – et j’en suis – n’offre pas la fonction de déplacement d’un calque. Celle-ci est toutefois prévue dans de prochaines mises à jour.

Plus récemment, j’ai commencé à produire des photos composites avec un peu plus de densité.  Dans le cas de la photo ci-dessous, il s’agit de trois photos sur quatre calques.  Une première a été doublée avec un léger décalé sur le 2e calque.  Le 3e calque est une photo du l’intérieur du cloître de cet édifice.  Fait surprenant, les fenêtres de la cour intérieure et celle de la façade principale du bâtiment se juxtaposent de façon presque parfaite, sans que j’aille eu à faire de manipulations.  Au final, j’ai ajouté la photo d’un match de ballon-volant (volleyball) avec le joueur en pleine détente pour ajouter à l’animation des lieux, à la «vibe» de l’endroit.

Ci-dessous, j’ai fait plus simple.  Deux photos tout simplement, deux calques.  Dans le cas du match de ballon-volant, la photo était en format carré.  Grâce à l’outil de déplacement dans ON1 Photo RAW 2018, j’ai eu à peine à déplacer celle-ci pour que la surface de jeu et les joueurs s’inscrivent parfaitement sur la surface du bâtiment.  Lorsqu’on superpose des photos grâce aux calques, on peut faire des essais quant au mode de superposition pour voir celui qui convient le mieux.  Parfois, le mode «normal» produit le meilleur effet, d’autres fois le mode «écran» affichera un calque dans un mode à peine prononcé comme dans le cas de la photo ci-dessous.  Il restera alors à apposer un masque à quelques endroits pour masquer certains éléments d’un ou l’autre des calques.

La photo composite, au-delà d’un propos parfois narratif, peut être évidemment un exercice visuel.  Vous pouvez prendre plaisir à mélanger textures, photos diverses, perspectives comme dans le cas de photo ci-dessus.  Dans ce cas-ci, j’ai trois photos réparties dans quatre calques.

@Laurent Dequick https://www.ldkphoto.com

Grâce à un article dans Chasseur d’images (novembre 2017), j’ai eu le grand plaisir de découvrir le très beau travail de Laurent Dequick.  Son travail de superposition est magnifique.  Il s’applique à prendre plusieurs photos d’un endroit en variant parfois d’objectifs, certainement de prises de vue pour ensuite superposer celles-ci.  Sa galerie photos sur Montréal m’est apparu splendide.

La photo composite était un traitement numérique qui m’apparaissait assez complexe il y a quelques années avec les logiciels dont je disposais et qui s’apparentaient à Photoshop.  Avec ON1 Photo RAW 2018 ou encore Luminar 2018, les fonctions propres aux calques et aux masques m’apparaissent plus faciles et davantage à ma portée.  Par conséquent, j’éprouve donc un intérêt accru à recourir aux calques dans mon traitement numérique, d’où la réalisation de photos composites à l’occasion.

J’espère que l’article d’aujourd’hui vous a plu.  N’hésitez pas à commenter.  Vos mots sont importants.  Et votre présence essentielle. 


Réduction permanente de 10$ pour les logiciels Luminar 2018 et Aurora HDR 2018 avec le code LAVOIE

Publicités
Cet article, publié dans Sources d'inspiration, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le plaisir de la photo composite

  1. ça offre surtout des tas de possibilités créatives. En permettant pas exemple de faire cracher les dernières tripes à une photo qu’on aurait pu jeter au panier…

  2. L’idée est pas mal du tout sauf petit problème sa fais un peu mal aux yeux mème si sa fais penser à un autre monde

  3. Mélina dit :

    j’aime me promener sur votre blog. un bel univers. Très intéressant et bien construit. Vous pouvez visiter mon blog naissant ( lien sur pseudo) à bientôt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.