C’est l’hiver…et puis?

En attendant le printemps...

Photo: Louis Lavoie Photo

L’hiver est à nos portes et pour plusieurs l’appareil photo est rangé depuis belle lurette au même titre que les serviettes de plage, les bottes de randonnée, le parasol et la crème solaire.  On se promet de ressortir notre appareil photo avec l’arrivée du printemps, des températures plus clémentes, des fleurs et des jeunes pousses.

Dommage de se priver du grand potentiel de la saison hivernale pour de magnifiques photos.  Des photos paysage, de la macrophotographie, des photos sportives et d’action. En hiver, la lumière est plus pure qu’à l’été en raison de l’air plus frais.  Les photos auront plus de piqué et moins de cette fine pellicule grisâtre qui atténue les couleurs de nos photos.

Habillons-nous un peu plus chaudement, achetons-nous une paire de gants un peu plus mince pour bien manipuler notre appareil photo, chargeons bien les batteries de notre appareil avec quelques-unes de rechange dans les poches pour les préserver du froid.  Disons-nous que nous avons la chance de faire des photos avec de la neige, ce qu’un grand nombre de photographes partout dans le monde ne pourront jamais faire.

Osons

Première neige....

Photo: Louis Lavoie Photo

L’hiver, osons sortir avec notre appareil, qu’il s’agisse de notre boîtier réflex ou d’un appareil compact.  Vrai que dans les arbres, nul feuillage vert, nul fleur au sol.  Vrai que le ciel est assez souvent couvert.  Je me fais alors la réflexion: « Youpie…noir et blanc! »  En hiver, notre oeil est moins attiré par les couleurs puisqu’elles sont moins présentes.  Donnons-nous alors la chance d’observer les formes géométriques et jouer avec elles.

Ce matin-là, ayant quelques minutes avant le début d’une rencontre, je suis sorti et ai longé cette rangée d’arbres d’un club de golf.  Ayant mon boîtier réflex avec mon objectif Lensbaby (modèle Composer), j’ai capté ces arbres peu après une chute de neige.  L’image est toute simple mais elle s’avère être l’une des plus commentées dans ma galerie Flickr.

La beauté dans le détail

Goutte au nez....

Photo: Louis Lavoie Photo

Les avocat empruntent souvent cette phrase: « The devil is in the detail. »  Pour nous les photographes, ce n’est pas le diable qui loge dans le détail mais bien la beauté.  Que ce soit l’hiver ou l’été, nul besoin de chercher à capter l’immensité, la globalité, un grand tout.  Plus souvent qu’autrement, vos meilleures photos seront celles qui s’attarderont à un détail.  Si vous vous intéressez à la macrophotographie ou la photo de proximité (il y a une nuance) au cours de la saison estivale, n’hésitez pas à poursuivre votre démarche pendant les prochains mois.  Au lendemain de chutes de neige, les végétaux sont recouverts d’un fin manteau blanc.  Vite, à nos appareils.

Gare à la sous-exposition

Décor "divers"

Photo: Louis Lavoie Photo

L’hiver offre quelques défis additionnels au photographe.  Premièrement, le froid est assez exigeant pour notre équipement photo, particulièrement pour nos batteries.  Une pile se décharge plus rapidement au froid.  L’autonomie de mon réflex avec son « battery grip » (deux piles) est moindre pendant l’hiver.  Prévoyez des batteries supplémentaires que vous conserverez à l’intérieur de vos vêtements pour les gardez au chaud.

Il vous est certainement arrivé d’être ébloui par la lumière qui réfléchit sur une importante surface neigeuse.  Assez souvent dans ces circonstances, nous versons même une larme lorsque la lumière est trop éblouissante.  Notre pupille se rétrécit pendant quelques instants puis éventuellement notre oeil va s’ajuster.  Votre appareil photo réagit de la même façon devant une situation éblouissante…sauf qu’il n’a pas la capacité de votre oeil pour apporter des ajustements.  Tout comme vous, il veut moins ouvrir, moins exposer pour prendre la photo.  Lorsque l’on fait une mesure de lumière avec son appareil photo, celle-ci se fait en fonction de la lumière réfléchie. La lumière qui atteint la cellule photoélectrique de l’appareil photo permet d’évaluer la bonne exposition à faire pour votre photo provenant de la source de lumière qui éclaire la scène, réfléchie par le sujet, vers l’appareil photo.  Plus souvent qu’autrement, devant beaucoup de lumière, l’appareil va être porté à sous-exposer la situation.  La neige blanche deviendra grise, les personnages seront plus sombres.

Indicateur d’exposition

Aidez votre appareil à mieux saisir votre photo en utilisant le posemètre de votre appareil.  Aidez-le à ouvrir son oeil en privilégiant une valeur corrigée d’exposition de +.5EV, voire même de +1EV (donc à la droite de l’échelle de votre correcteur d’exposition).  Vous constaterez que votre appareil va exposer votre photo plus longtemps.  Jouez avec votre posemètre pour trouver le bon équilibre – toujours en évitant que les blancs de votre histogramme soient trop exposés et soient collés à la paroi de droite de ce dernier.  N’oubliez pas de replacer votre correcteur d’exposition à 0 après votre séance photo ou cette séquence de photos.

Autre truc, vous pouvez demander à votre appareil de faire une évaluation d’exposition en « mesure sélective » plutôt qu’en « mesure évaluative ».  Par le fait même, vous demandez à votre appareil de calculer son exposition en fonction de la lumière réfléchie en provenance du centre du cadre de votre appareil.  Par la suite, assurez-vous de faire la lecture de votre exposition en pointant votre appareil vers votre sujet principal.  Mémorisez l’exposition si c’est nécessaire, positionnez correctement votre sujet dans votre cadre (le centre n’est pas toujours l’endroit à privilégier!), puis déclenchez.

Jouons dehors

Windski

Photo: Louis Lavoie Photo

Qu’il s’agisse de sports d’hiver, d’activités carnavalesques, d’activités de plein air ou de sorties pour aller apprécier les décorations du temps des Fêtes, les occasions ne manquent pas pour se promener avec son appareil photo. Les mêmes règles s’appliquent qu’à l’habitude.  Soignez votre avant-plan, faites attention à la règle des tiers pour votre sujet.  On peut s’amuser avec la perspective comme c’est le cas dans la photo de droite.

Dans votre travail en chambre noire numérique, n’hésitez pas – si votre logiciel de traitement d’image le permet – à bonifier la « structure » de la neige et le « sharpening ».  Selon le traitement recherché, la neige peut prendre une allure plutôt informe ou encore avoir beaucoup de détails.  Dans le cas de la photo de droite, j’ai choisi d’amplifier le côté granuleux de la neige.

Bonne saison hivernale de photos aux passionnés.

Merci de me lire.  Enrichissez mon propos avec vos commentaires.  Avec vos mots, ce blogue n’en deviendra que plus riche.
Publicités
Cet article, publié dans Thèmes photo, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s