12 mégapixels, 8 bits, 16 bits….

"Si j'avais un char...."...California dreaming...

Photo (cliquable): Louis Lavoie

Plusieurs ont le sentiment que photographie rime avec informatique.  On peut les comprendre.  Les boîtiers photo vous sont proposés depuis plusieurs années avec, comme argument de vente, le fait qu’ils ont 10 – 12 – 14 – 16 – 18 – 21 mégapixels!  Vos photos  de 10 mégapixels auront un poids de 13 mégabits! Pour peu que vous explorez le monde de la photo HDR et on vous encouragera à traiter vos fichiers en format 16 bits plutôt que 8 bits!

Une pause s.v.p!  10 – 12 mégapixels, 13 mégabits, 16 bits, 8 bits…tout va trop vite.  Qu’est-ce qu’un pixel?  1 mégapixel, c’est combien?  Quelle est la différence entre 8 bits et 16 bits?  Si je veux imprimer cette photo dans un format 10 x 8, j’ai besoin de combien de pixels?  Puis, au fait, j’ai besoin d’un DEC en informatique ou d’un baccalauréat pour faire de la photo numérique?  Ouf!

Un pixel est un point de couleur ( y compris un noir ou un blanc).  Pour faire une photo, vous comprenez qu’il doit y avoir un certain nombre de points de couleur (ou de noir et de blanc).  Il doit y avoir un certain nombre de pixels,  une certaine densité d’informations visuelles.  Dans le cas de mon boîtier Canon 40D avec lequel j’ai pris la photo ci-dessus, celui-ci a un capteur de 10 megapixels, c’est-à-dire de 10 000 000 pixels (ou 10 millions de pixels).   Pour chaque photo prise, mon capteur a la possibilité de mettre sur sa surface 10 000 000 points de couleur pour faire ma photo.  Le capteur de mon nouveau boîtier peut mettre 18 000 000 points de couleur.

Pour vérifier, les dimensions de ma photo ci-dessus sont de 3902 pixels de largeur x 2588 pixels de hauteur.  3 902 x 2 588 =  10 098 376, donc 10,1 mégapixels.  Puisque je prends mes photos généralement en mode RAW (brut), donc avec une plus grande densité d’informations qu’en format JPEG (plus d’infos à ce sujet plus loin), il est normal que le poids de mon fichier soit de 12 ou 13 mégabits (ou megs).

Si on se résume, le nombre de pixels représente la quantité d’informations visuelles pour constituer ma photo.  Le nombre de mégabits représente le poids du fichier numérique.

Il est généralement accepté que pour imprimer votre fichier, vous avez besoin d’une résolution minimale de 200 pixels par pouce.  Pour une parution dans un magazine (la plus haute qualité), on vise généralement une résolution (concentration) de 300 pixels par pouce.  Mais restons-en à la résolution de 200 pixels par pouce qui est la plus répandue.  Avec les dimensions de ma photo, je peux donc faire le calcul suivant:

3 092 divisé par 200 = 19.51 pouces
2 588 divisé par 200 = 12.94 pouces

Voilà qu’avec mon fichier, j’ai suffisamment d’informations visuelles pour commander une impression de 18 pouces x 12 pouces. J’en ai donc amplement pour des formats 8 x 10, 5 x 7 ou encore 4 x 6.

Plus encore, si vous comptez afficher uniquement votre photo sur le Web ou encore l’acheminer par courriel à vos connaissances, sachez qu’une résolution de 72 pixels par pouce est bien suffisante pour une lecture à l’écran d’ordinateur.  Pour un affichage à l’écran d’une télévision haute résolution, les meilleures résolutions ont présentement un format de 1 920 x 1 080 ce qui veut dire que votre fichier devrait avoir un montant de 2 millions de pixels pour bien paraître à l’écran.  Avec un fichier original de 10 mégapixels comme dans le cas de mon exemple, vous avez amplement de marge de manoeuvre.

18 mégapixels, c’est mieux que 10 non?

"C'est servi!"...(couleur)

Photo (cliquable): Louis Lavoie

Il est vrai qu’en principe une photo de même format avec 18 millions d’informations visuelles  comparativement à 10 millions d’informations pourrait être de meilleure qualité mais disons que la chose ne paraîtra pas à vue d’oeil.  Une plus grande quantité d’informations visuelles peut être intéressante si vous avez à recadrer et sélectionner qu’une partie de votre photo.  Par exemple, vous avez réussi à capter un oiseau et votre focus a été très précis sur l’oiseau.  Bravo.  Avec passablement de mégapixels dans votre photo, vous pourriez choisir de faire un cadrage plus serré sur votre oiseau à partir de votre photo originale et avoir quand même suffisamment d’informations visuelles pour en faire un tirage avec 200 pixels au pouce.

Si votre but est de faire des photos pour publication sur le Web à 72 pixels au pouce, nul besoin de rechercher des mégapixels stratosphériques.  Dans mon cas, malgré la capacité de mon nouveau boîtier à faire des photos de 18 megapixels, je privilégie un format «medium-RAW» qui oscille à 10 megapixels – question de gérer la taille des fichiers et la capacité de mes cartes-mémoire. Si je dois photographier pour des publications (magazines, photos corporatives, etc), pas d’hésitation.  On vise la qualité maximale.

Incidemment, au moment de changer mon appareil compact, j’ai fait un choix pour le G11 de Canon.  Outre la qualité de ses caractéristiques, les ingénieurs de Canon ont choisi de privilégier un capteur de 10 megapixels pour le G11 comparativement à 14 megapixels pour son prédécesseur le G10!  Rare phénomène dans le domaine de la photo qu’on assiste à une diminution du nombre de mégapixels pour une nouvelle version d’un modèle.  Pourquoi?  Les tests ont démontré que la surface de taille modeste du capteur du G10 ne pouvait accueillir tous ces mégapixels (14) sans que la qualité en souffre.  14 millions de pixels rivalisant pour un espace restreint.  La qualité des pixels était affectée.  À 10 mégapixels, le G11 livre des pixels de grande qualité.  Le G12 sorti il y a quelques mois est toujours à 10 mégapixels.

«C’est pas juste une question de pixels…» (sur un air connu)

Montréal...en lumières

Photo (cliquable): Louis Lavoie

«C’est juste une question de feeling» chantait Fabienne Thibeault.  Si c’était juste une question de pixel, nous aurions déjà une bonne partie du chemin parcouru.  Mais voilà qui faut maintenant aborder la question des bits. (je devine quelques sourires en coin)

On connaît dans le domaine de l’informatique la notion de «bit».  Par contre du côté des appareils  photo, l’unité est davantage en lien avec la sensibilité recherchée de notre capteur.  Le «bit depth» en anglais exprime le nombre de tonalités de couleur que notre capteur peut recueillir.    Cette sensibilité s’exprime le mieux dans le format RAW (brut) de votre appareil.  Certains capteurs de 12 bits ont une sensibilité permettant l’enregistrement de 4 096 tonalités de couleur (du noir au blanc).  Ceux de 14 bits ont 16 384 nuances de tonalité du noir au blanc.  Les appareils de moyen format avec les plus grandes sensibilités permettent l’enregistrement de 65 384 nuances de tonalité du noir au blanc.  Comment connaître la sensibilité («bit depth») de votre appareil?  Le site Digital Photography Review (http://www.dpreview.com/) vous permet de revoir la fiche technique de votre appareil.

En profitez-vous de cette sensibilité de 12 – 14 ou 16 bits?  Plusieurs malheureusement choisissent de prendre leurs photos exclusivement en format JPEG, lequel contraint votre capteur à une sensibilité de 8 bits seulement.  Vos photos s’expriment alors avec 256 nuances de tonalité du noir au blanc, à peine.  😦

Voilà pourquoi il est suggéré, si vous choisissez de vous tourner vers le HDR, de prendre vos photos en format RAW afin de profiter de la sensibilité la plus élevée de votre capteur, qu’il s’agisse de 12 – 14 ou 16 bits.  Par la suite, dans votre traitement numérique, vous pourrez traiter vos fichiers HDR en mode tiff  et en 16 bits bien entendu.

Enrichissez mon propos avec vos commentaires et vos questions.  Avec vos mots, ce blogue n’en deviendra que plus riche.

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Trucs et conseils sur des logiciels, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour 12 mégapixels, 8 bits, 16 bits….

  1. Alain dit :

    Très bon article!
    je vis au cameroun, je suis passionné de photographie et je fais encore des photos avec du 1.3 megapixels de la camera d’un téléphone vivement un appareil photo…pour plus de clarté.

  2. Denise Sarazin dit :

    Louis, je crois que je comprends finalement… ton explication est très facile à digérer. Bravo!

    Tes articles sont toujours enrichissants (et même si je ne fais pas de commentaires chaque fois, je les lis tous). Merci.
    Denise

  3. Paule Drouin dit :

    Bonjour,
    Un exposé clair qui place bien toutes les infos nécessaires à cette gestion de fichiers obligée.
    Merci pour le coup de main!
    Paule

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s