Déclic…et clic!

Passage

Photo (cliquable): Louis Lavoie

La lecture de la chronique de Dewitt Jones dans le dernier numéro du magazine Outdoor photographer m’a vraiment fait vibrer.  Dewitt Jones a réussi à mettre en mots une sensation que je ressens fréquemment lorsque je fais de  la photo, sensation que vous connaissez sans doute.

«The connection » écrit-il.  L’importance du lien.  L’affinité.  La sensation qu’on peut ressentir lorsqu’on se sent lié à notre sujet photographique.  On fait corps avec celui-ci.  On se sent en symbiose.  Le moment est magique.  Un moment de grâce.  Le délic…et le clic!  Le déclic…et le clic avec la vie.

Il y a de ces photos qui me restent à l’esprit et dans le coeur parce que, justement, je sentais qu’il y avait un moment de grâce, une union qui dépassait le moment photographique.  La règle des tiers avait son importance certes, ou encore la profondeur de champ, ou encore le couple ouverture/vitesse, mais l’essentiel était ailleurs.

L'arbuste de Mme Gagnon

Photo (cliquable): Louis Lavoie

Y’a tellement de photos que j’aimerais vous montrer pour illustrer mon propos.  Des moments où la symbiose se produit avec un modèle, un couple de mariés, un paysage, une scène urbaine, le reflet dans une vitrine, un jeu d’ombres, etc.  Des photos comme celle-ci que j’ai intitulée «L’arbuste de Mme Gagnon », un arbuste sur le plateau du Watchman dans le Zion National Park (Utah), photo prise en 2008.  Au moment où j’arpentais ce plateau, je pensais à Mme Gagnon qui commençait à éprouver des problèmes de santé et cet arbuste, dans toute sa sérénité, s’est imposé à mon regard.  La symbiose s’est produite entre mes émotions du moment, mes pensées pour Mme Gagnon et le magnifique paysage qui j’ai capté.  À ce moment-là, je ne prenais pas qu’une photo.  Je sentais que c’était autre chose.  «The connection».  La symbiose avec la vie.

J’ai eu le plaisir d’accompagner une amie l’autre soir dans mon voisinage afin de l’aider à apprivoiser son nouvel appareil photo, juste avant son départ pour le Ladakh.  Au bout du compte, l’exercice n’a pas porté uniquement sur son appareil mais également sur le regard photographique.  Elle était surprise et impressionnée de toutes les hypothèses de sujets photo que je lui y identifiais et qu’elle pouvait capter dans l’environnement relativement «ordinaire» d’un quartier.  «Je me sens vivante» s’est-elle même exclamée avec la franchise et la spontanéité que je lui connais.  Je suis toujours content d’entendre des réflexions dans ce sens.  Pas besoin d’être devant un paysage spectaculaire pour que notre oeil photo s’active.  Le spectacle est présent dans les menus détails.

«The connection».  La symbiose.  Faire qu’un avec la vie.  Être présent.  Allumé.  C’est ce que je vous souhaite au cours des prochaines semaines, semaines pendant lesquelles je ferai relâche.  Reprise du collier au début du mois d’août prochain.  Bon été et bonnes virées photo.

N’hésitez pas à commenter sur les moments photographiques magiques que vous avez connues.  Merci du partage.

Publicités
Cet article, publié dans Sources d'inspiration, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s