Ne vous emballez pas trop vite ;-)

On couvre un événement comme photographe, qu’il s’agisse d’un événement sportif, un mariage, une rencontre sociale, etc.  Le tout se déroule bien, clic! clic! clic! nos photos sont bonnes, tout baigne.  L’événement tire à sa fin.  On s’apprête à remballer notre équipement.  Le mandat est complété.  Jetons un dernier coup d’oeil pour la forme.  Que vois-je?

Ce dernier coup d’oeil est peut-être celui qui va produire par la suite les meilleures photos de la journée.  Vous couvrez un événement?  Ne vous «emballez» pas trop vite! J’ai appliqué ce principe récemment et ce, pour mon plus grand plaisir de photographe. Clic! Clic!  Des photos imprévues s’imposaient.  Résultat: les statistiques de fréquentation de mon site Smugmug ont bondi de façon spectaculaire.  Récit.

Bon début de semaine les amis.  Les dernières semaines ont été bien remplies, les cours de formation battant leur plein.  J’ai complété la semaine dernière une formation avancée avec de véritables passionnés.  On a terminé le tout avec une soirée éclatée où se mêlait la photo de vappes de fumée, les gouttes, l’huile et l’eau et une nature morte intitulée «Bouddha’s Bar».  Un réel plaisir et de belles souces d’inspiration photo pour ces passionnés au cours des prochains mois.   Je conclus également cette semaine mon cours d’initiation à la photo avec un autre beau groupe.  Notre sortie sur le terrain il y a quelques semaines a été l’occasion pour plusieurs de découvrir de nouveaux sujets et d’explorer les possibilités de leur équipement photo.  Pour eux tout comme pour plusieurs autres, je suis à concocter une nouvelle série de cours visant à découvrir les possibilités de leur équipement à l’aide d’exercices pratiques.

Gardons l’oeil (photo) ouvert…et le bon

Les lecteurs assidus savent combien la saison d’automne pour moi est associée à, non seulement la photo paysage, mais également la photo sportive.  J’aime beaucoup faire de la photo de matchs de football (américain pour notre lectorat européen).  À l’instar d’autres sports, ce dernier se pratique la plupart du temps sur une surface synthétique.  Il reste toutefois certains endroits où le gazon naturel prime.

Un récent match des Aigles de l’Amitié (L’Assomption) s’est tenu sur une surface naturelle.  À cause des intempéries de la veille, une surface plus boueuse était présente au centre du terrain.  À l’occasion les joueurs ne pouvaient échapper au passage obligé au travers de cette surface.  Quelques-uns ont fait connaissance avec celle-ci de façon plus prononcée.

Le match a été remporté in extremis par les Aigles grâce à un touché dans la dernière minute de jeu.  La jubilation était donc à son comble.  J’avais capté de bonnes photos pendant le match.  Les deux équipes se serraient la main à la fin de la rencontre comme c’est la pratique courante.  Tout était conclu et je me dirigeais tranquillement vers mon véhicule avec mon équipement toujours prêt.  «It’s a wrap» dit-on lorsqu’on plie bagages.  Pourtant, j’ai jeté un dernier coup d’oeil. Que vois-je?!  J’ai rapidement rebroussé chemin.

D’un seul élan j’ai vu les joueurs qui se dirigeaient vers la surface boueuse au milieu du terrain.  Non!  Ils vont le faire!!  Ma caméra était prête, la lentille également.  J’avais toujours mes réglages en mode rafales.  Clic! Clic! Clic! La scène est indescriptible en mots mais les images en valent mille.  Plaisir, joie, jubilation.  Les parents sont stupéfaits (tout comme le photographe) mais souriants tout de même.  Les joueurs se roulent dans la surface boueuse à qui mieux mieux.  On y glisse.  Et ceux qui refusent de se mouiller et de se salir s’y font entraîner dans l’esprit «Tous sales pour un….». Les uniformes sont condamnés à un séjour dans un sac de plastique puis un lavage en règle.  Voici d’autres photos qui resteront inoubliables dans l’esprit de ces jeunes.

J’ai affiché celles-ci et plusieurs autres sur mon site Smugmug, dans quelques médias sociaux et voilà que les statistiques de fréquentation en bondi en flèche.  Des parents et les jeunes sont bien entendu intéressés à se procurer les photos

Il faut toujours être prêt.  Dans le cas de la photo sportive par exemple, si vous ne pouvez capter un moment spécifique – un but par exemple – ou même si vous réussissez à capter ce dernier, continuez à photographier pour saisir les réactions des joueurs à ce but.  Vous captez alors l’émotion lié à un moment plutôt que l’exploit lui-même.  Les photos sont souvent plus fortes.

«He shoots...he scores!!!!!»

Soyons toujours prêt.  «Ne nous emballons pas trop vite».  Le meilleur viendra peut-être sans créer gare.  Gardons notre oeil photo ouvert et notre équipement toujours prêt.

Merci pour votre présence les amis, vos commentaires, suggestions et observations.  Bien apprécié.  Bonne semaine à tous.

Publicités
Cet article, publié dans Sources d'inspiration, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Ne vous emballez pas trop vite ;-)

  1. Gotcha dit :

    Elle est vraiment belle cette série encore ! L’innocence et la joie de vivre dans un bain de boue 🙂

  2. Denis Caron dit :

    Bon matin Louis,

    Toujours très agréable de constater la beauté de tes photos. Pour avoir vécu ce genre de situations comme joueur de football au Collège Notre-Dame, je me souviens encore de ces parties dans la boue, l’habit et la figure couvert, les mains froides et « the show must go on ».

    Salutations

    Denis C.

  3. Dominique-André dit :

    Ah Monsieur Louis … Combien avez -vous raison d’attirer notre attention sur ces faits que j’ai moi-même constaté et où je me disais, « merde », je n’ai pas mon appareil avec ! (c’était évidemment avant que je ne m’achète mon reflex, les compact ne sont pas bons pour ce genre de photos instantanées, j’ai essayé mais résultat presque toujours nul) … Depuis, mon Nikon ne me quitte presque plus mais …merde encore une fois, pas d’instantané possible depuis Juillet lolll pour le moment mais je ne désespère pas,

    E.T sera bien un jour sur mon chemin pour capter l’instant de la rencontre du 3ème type ! … 🙂
    Bonne journée lumineuse Monsieur Louis et merci ! 🙂

  4. Sylvain Lavoie dit :

    Merci Louis pour ces souvenirs … de joueur, et de papa aussi! Eh oui, ce n’est jamais fini tant que ce n’est pas fini, comme le disait Roger Brulotte (commentateur sportif).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s