Prêt à faire connaître vos photos?

Voilà un certain bout de temps que vous progressez dans votre cheminement photo.  Dans votre esprit, vous commencez à cumuler un nombre élevé de photos de qualité.  Celles-ci sont toujours dans votre ordinateur mais vous les avez montré à vos proches, à des amis et tous vous encouragent à diffuser celles-ci sur le Web.  Qui sait?  Vous vous dites que vous pourriez peut-être même en vendre quelques-unes et vous offrir une nouvelle lentille ou un nouveau boîtier.  Quelles sont alors les meilleures avenues pour se faire connaître, se faire voir, voire même vendre nos photos?  Voilà des questions auxquelles nous sommes tous confrontés un jour – où que nous en soyons dans notre cheminement photo.  Je vous fais part de mes pistes de suggestion.

Bon début de semaine les amis.  Je viens de conclure mon cours d’initiation à la photographie et c’est en pensant à mes étudiants de la session d’automne que j’aborde le sujet d’aujourd’hui.  Il faut comprendre que mes formations s’accompagnent d’un volet virtuel dans Flickr pour le partage privé des photos de mes groupes.  Pour la plupart de mes étudiants, il s’agit d’une première (obligée) de diffusion des photos dans le monde virtuel.  C’est un passage qui se fait souvent dans la crainte, avec des appréhensions («mes photos sont-elles protégées?  «qui peut voir mes photos?»), des appréhensions qui sont normales chez ceux qui ne fréquentent pas assidûment  le monde du partage virtuel.  Leurs questions ont été les miennes jadis lorsque j’ai fait moi aussi mes premiers pas dans l’affichage virtuel sur Flickr.  La protection de mes photos a été parmi mes premières préoccupations.

Mais puisque vous êtes prêt à semer et récolter, le jour viendra où vous devrez faire un ou plusieurs choix pour diffuser efficacement vos photos.  Je partage avec vous mes choix des dernières années.

Pour le social

Propriété de Yahoo, Flickr est un bon point de départ pour faire ses premiers pas dans le partage social de nos photos.  Flickr unit surtout des photographes qui versent leurs photos dans une galerie, créés des albums et choisissent de partager leurs photos au sein de groupes thématiques.  Les interactions sont nombreuses particulièrement si vous êtes vous-même très actif dans vos commentaires à l’endroit d’autres photographes.  Vous recevrez la plupart du temps des commentaires positifs sur vos photos.  Toutefois, si vous souhaitez vous constituer un portfolio et présenter ce dernier, les possibilités que Flickr devienne votre point de chute sont minces.  Aucune possibilité de mise en page et l’affichage de vos photos dans votre galerie se fait selon l’ordre chronologique de téléchargement.  Pas facile alors de faire la présentation d’un portfolio cohérent.  Côté vente, il faut vraiment que vos photos se démarquent considérablement et que votre notoriété soit grande pour récolter des dividendes.  J’ai déjà pu prendre connaissance de certaines photos qui ont retenu l’attention de Getty Images dans Flickr mais la plateforme n’est pas axée sur la vente.  De plus, dites-vous en partant qu’un photographe achète rarement les photos d’un autre photographe.  À partir de moment-là, vos attentes pourront être ajustées en conséquence.  Vous récolterez de belles marques d’appréciation si vos photos le justifient, et ce seront là vos plus grands bénéfices dans Flickr.  Ce n’est pas rien.  Côté appareil mobile, la plateforme est plutôt bien servi par plusieurs applications, tant pour les produits Apple que pour le système d’exploitation Androïd.

Une ville fantôme mais pas pour les photographes

Il faut bien le reconnaître, le réseau social de Google, Google+ ne connaît pas le succès espéré.  Plusieurs considèrent l’espace virtuel de Google+ comme une ville fantôme et consacrent plutôt leurs efforts de socialisation dans la plateforme Facebook.  Toutefois, s’il y a une communauté avec laquelle Google+ connaît du succès, c’est bien celle des photographes.

Vrai que le géant n’a ménagé aucun effort pour aménager la présentation de Google+ afin de mettre les photos en vedette.  Le cadre épuré de la plateforme et les dimensions de présentation des photos mettent ces dernières nettement en valeur.  La comparaison avec Facebook, malgré les derniers efforts de FB, est nettement à l’avantage de Google+.  Nonobstant sa popularité, Flickr ne fait également pas le poids face à Google+ quant à l’interface.

Mais bien au-delà de l’interface, les photographes et amateurs de photo de qualité sont au rendez-vous et n’est-ce pas là le but recherché.  Il n’est pas rare de voir des photographes avoir 20 000, 30 000 voire même plus d’abonnés.  Malgré mes présences irrégulières, j’ai tout près de 10 000 abonnés à mon profil.   Le fait que j’ai eu l’honneur d’être inclus dans certains cercles de photographes choisis qui ont été distribués dans Google+ m’a permis de connaître un certain rayonnement.   Bien entendu, plusieurs applications mobile pour Google+ sont disponibles.  Dans Google+, n’hésitez pas à découvrir l’impressionnant boulot d’Eric Rousset, Francis Gagnon Philippe Sainte-Laudy Yannick Lefevre et David Herreman.

Un pari gagnant

Je connaissais mal 500px.  Bien sûr, j’avais remarqué le lieu était habité par des photographes qui faisaient preuve d’audace et de beaucoup de créativité dont Nicolas Paquet.  Les photos m’apparaissaient de haut niveau, le lieu dans le même registre que Flickr, la qualité des photos en prime.  Je me trompais.

Ma collègue photographe et amie Denise Sarazin, une portraitiste formidable, m’a encouragé à découvrir son espace sur 500px. Ouf, quelle découverte.  Quel outil puissant!

500px se campe sous le signe de l’audace, de la différence.  Voilà une plateforme (indépendante) qui mise sur le côté alternatif.  Elle comble les besoins pour le côté social tout en offrant des outils intéressants pour ceux qui veulent une belle présentation de leurs photos.  Les gabarits proposés vous permettent de créer un site Web entièrement axé sur la mise en valeur de vos photos.  J’adore la présentation retenue par Denise.  Vous n’aurez certainement pas honte de présenter votre portfolio à l’aide de 500px.  En prime, 500px vous permet de vendre vos photos et bénéficie d’applications pour les plateformes mobiles.  Si vous voulez profiter d’un outil de grande qualité avec un coût moindre, 500px est certainement une avenue à envisager.

Smugmug

Qu’on le veule ou non, le premier outil dont vous devez disposer comme photographe voulant se faire connaître est un site Web. Malgré la popularité des médias sociaux, un site Web classique présentant de façon ordonnée notre portfolio et avec une adresse Web à notre nom constitue toujours une porte d’entrée de choix sur nos réalisations.  À partir de ce site, vous êtes en mesure de diffuser vos photos et les faire connaître grâce aux médias sociaux.

Pour ma part, la plateforme Smugmug est celle que j’ai retenue pour combler ce besoin pour le Web, la commercialisation et la présentation d’un portfolio.  Smugmug s’adresse aux photographes sérieux qui se tournent vers des outils «pro».  Contrairement à 500px, Smugmug affiche un coût plus élevé mais offre une brochette de fonctionnalités  importantes.  Tout est prévu, de la commercialisation, à l’hébergement, à un affichage de 1ère qualité et à une application pour mobile.  Vous pouvez bâtir vos galeries selon les thématiques que vous souhaitez tout en ayant même certaines galeries privées réservées pour des clients spécifiques.

Bâtir son site Web avec Smugmug est relativement facile mais vous pouvez pousser l’exercice plus en profondeur dans la mesure où vous êtes familier avec la programmation de feuilles de style (CSS).  Des pigistes sont également disponibles pour – moyennant quelques centaines de dollars – vous créer un site Smugmug de niveau pro.  Pour ma part, jJe cherchais à accueillir les visiteurs avec un éventail des différents volets photo que je produis.  Voici donc le site que j’ai réussi  à produire avec les outils Smugmug.

Plusieurs parmi vous sont rendu à l’étape de sortir vos photos des catacombes de votre ordinateur pour les diffuser sur le Web.  C’est un passage qui peut nous angoisser mais qui est emballant.  Plusieurs avenues s’offrent à vous selon que vous souhaitiez socialiser, avoir un portfolio bien présenté ou encore commercialiser.  J’espère que les pistes et avenues que je vous ai présenté pourront inspirer vos réflexions.

Merci pour votre présence les amis, vos commentaires et vos questionsMerci également pour votre intérêt pour mes formations. 

Publicités
Cet article, publié dans Trucs et conseils sur des logiciels, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Prêt à faire connaître vos photos?

  1. Mathilde dit :

    Bonjour et merci pour cet article très intéressant et très bien construit.
    J’ai pris connaissance de cet article en menant des recherches sur Flikr, sur lequel j’avais quelques a priori sur son utilité.
    Je partage tout à fait votre point de vue sur 500px qui est un site de qualité, pour les amateurs comme pour les professionnels et offre de nombreux avantages.

    Je souhaiterais vous poser une question:
    Que pensez-vous des concours photos organisés? Est-ce un bon moyen d’accroître sa notoriété? En connaissez-vous des fiables?

    Merci et bonne journée,

    Mathilde.

    • Bonjour Mathilde, merci pour vos bons mots. Vous posez une très bonne question. Je ne connais pas tous les concours bien entendus mais il faut pouvoir discerner entre différentes catégories de concours. Y’a les concours qui existent pour permettre des entrées d’argent, d’autres qui bénéficient des photos soumises qu’ils peuvent ensuite utiliser à leur guise, la plupart qui ne donnent aucune rétroaction, donc que devons-nous en conclure. Je crois que les concours qui sont les plus pertinents pour nous permettre de progresser sont souvent ceux organisés par des clubs photos, lorsqu’on est membre. Quel que soit le concours auquel vous participez, il y a un exercice très exigeant et intéressant qui consiste à faire le choix de la ou des photos à soumettre. C’est un regard très critique qu’on doit poser sur notre corpus photographique et qui est difficile. Mais pour revenir à ma suggestion quant aux clubs photos, on peut favoriser la proximité dans les concours auxquels on participe – surtout dans les premières expériences. Bonne chance Mathilde et merci pour votre témoignage.

  2. hedieux yoann dit :

    Super article, ma question est la suivante : pensez vous qu’un blog tel que Overblog avec mon nom de domaine 5euros/mois cela suffis pour me faire connaître? Je partage le nom de mon blog sur les liens sociaux et je l’enrichi d’article assez souvent. Où est-ce préférable de créer son propre site via Smugmug qui a l’air d’être vraiment complet ? En sachant tout de même que je suis débutant mais amateur.

    • Je ne suis pas familier avec la plateforme Overblog mais quel que soit le choix de la plateforme, certains éléments sont essentiels pour les fins du référencement sur le Web. Avoir un nom de domaine a un poids certain mais encore faut-il bien le choisir. Si on veut que Google (pour ne pas le nommer) nous recense particulièrement dans le domaine de la photo, un nom de domaine en conséquence ne fera pas de tort. Mais ce qui l’emporte le plus, ce sont les visites que l’on reçoit, les interactions, les liens vers d’autres sites dans le domaine apparenté, les visiteurs dirigés vers notre blogue (ou site Web) en provenance d’autres sites. Il faut y mettre les efforts nécessaires pour tisser «notre toile». Mais on y parvient. Yoann, choisissez la plateforme avec laquelle vous serez le plus à l’aise et qui correspondra à vos critères d’esthétisme et de mise en page. Par la suite, l’achalandage ne se fera pas seul mais en intéressant un à un des internautes à votre blogue. La magie opérera et la roue tournera d’elle-même à partir d’un moment donné. Bon cheminement Yoann.

  3. jim dit :

    bonjour , et très bonne article j’ai aussi commencer avec Google+ et flikers mais ma question qui me travail beaucoup en se moment est : faut il absolument avoir une page Facebook? car bon quand je vais sur fb il y a des milliers de machin photography mais à l’arriver , je trouve que ca fait perdre beaucoup de temps Facebook et ce temps la, aurai été plus sympas à sortir, faire des photos ,voila donc ma question que pensez vous de fb et est il nécessaire d’en posséder un ? merci beaucoup pour la réponse

    • Faut il avoir une page FB? Quelque soit la réponse, il ne faut pas que ça devienne ou soit une obligation. Être dans les médias sociaux exige du temps. Exige qu’on soit présent et qu’on entretienne une conversation, et pas seulement à sens unique. Si FB nous pèse, aucune obligation d’y être. Ce n’est pas la meilleure disposition pour présenter nos photos. Toutefois, la plupart de nos « amis » y sont probablement déjà et ça donne une belle base pour que nos photos deviennent populaires. Y’a donc du pour et du contre mais il faut certainement que le cœur y soit.

  4. Gotcha dit :

    Article intéressant mais il manque encore Picasa, DarkRoom et PIWIGO 😀

  5. Beau parcours et bon article!
    On a à peu-près le même, mais pas dans le même ordre.
    Merci Louis pour le lien 😉
    Salutations et bonne continuation!

  6. Dominique-André dit :

    Bonjour ou Bonsoir Mr Louis, c’est selon 🙂

    Je vous en avais parlé il y a peu du Flikr il me semble et vous nous comblez avec cet article hyper important et intéressant. Je vous en remercie donc vivement !!!

    Je suis d’accord avec vous pour saluer le travail de votre compatriote bien sympathique, Nicolas Paquet. J’ai rarement vu une personne aussi créative et douée et qui en plus, ne se joue pas les diva… En tous cas, j’aime beaucoup. voir son 365 est un réel plaisir… chapeau l’artiste !

    Dans votre article, vous n’avez pas parlé de « Fotolia », je ne sais si vous connaissez, mais je déconseille totalement ce site tout publique où j’ai été présent, disons, 72h à tout casser ! … Il est sensé être l’un des plus importants et performants en terme de vente au monde. Alors que j’ai un compte sur 500px et un autre sur Alamy.com, Fotolia a refusé mes photos alors qu’elles étaient acceptées sur les deux autres plateformes qui sont elles, des sites « pro » même si ouvert. De plus les arguments de refus de Fotolia sont nuls et je suppose automatisés. Bref, à éviter si l’on ne veut pas perdre son temps et son argent. De plus, et c’est le comble, après avoir lu des forums sur la question, Fotolia ne vous verse que des centimes pour vos photos. Ce qui fait que pour arriver à vendre, vous devez disposer d’un stock de plusieurs milliers de photos avant que de commencer peut-être à vendre et recevoir des cacahuètes …

    Je vais expérimenter prochainement smugmug que je découvrirai grâce à vous. Je ne suis pas « pro » mais bon, cela doit tout de même faire plaisir de pouvoir arriver à vendre l’une ou l’autre image pour se payer un nouvel appareil plus « pro » par exemple (j’aimerais bien un bon Nikon 800…) ou une très bonne lentille ou de l’éclairage …

    Encore merci !

    • Merci Dominique-André de partager avec nous votre expérience et votre éclairage.  Plusieurs ont eu des expériences positives ou négatives sur d’autres plateformes.  Merci pour le partage d’informations pour le bénéfice de tous. 

      ________________________________

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s