Remettre à demain n’est plus une option

Demain.  Demain.  Je vais le faire demain.  Aujourd’hui, je n’ai pas ma caméra. Aujourd’hui la lumière n’est pas à son meilleur.  Aujourd’hui j’ai un rendez-vous, pas le temps d’arrêter.  Aujourd’hui je suis trop tard, j’ai raté la lumière. Aujourd’hui, je vois que les feuilles sont trop tombées, j’ai trop attendu et le moment est passé.  On se reprendra plus tard, la saison prochaine.  On pense souvent que demain, après-demain ou la semaine prochaine sera plus riche de promesses.  Histoire d’une occasion photo que j’ai laissée de côté pendant les sept dernières années en me disant à chaque fois qu’il y aurait une prochaine fois.  Ah oui?  Les années passent et la garantie qu’il y aura une prochaine saison m’apparaît moins évidente.  Lorsque ce n’est pas l’horreur qui frappe sans qu’on l’attende.  

Merci d’être à nouveau rendez-vous habituel.  J’écris ces lignes au lendemain du drame que vivent les cousins d’outre-mer.  Je n’entends pas verser dans le commentaire. D’autres le font beaucoup mieux que moi.  Mais je tiens exprimer aux lecteurs de mon blogue qui sont touchés et bouleversés par les événements de vendredi dernier d’immenses et sincères pensées de solidarité et de fraternité. Étreintes à vous tous.

C’est en pensant à vous, nos cousins, et ceux qui vivent l’onde de choc de ce drame qui a fait basculer des vies en quelques secondes, minutes et heures que j’ai fais le lien avec des éléments plus personnels et l’article d’aujourd’hui.

C’est tout d’abord le récit d’un lieu que je croise continuellement sur mon trajet.  Quasi-quotidiennement, je passe aux abords d’une allée bordée d’arbres majestueux sur un terrain déserté.  Ce chemin devait mener vers une habitation mais qui a été détruite.  Le lieu est magnifique et offre une belle possibilité photo.  À chaque saison d’automne, je me disais, quelle belle photo à faire.  Mais comme je l’exprimais précédemment, j’avais toujours une raison pour ne pas prendre celle-ci. Contrainte de temps, météo peu collaboratrice, mauvais équipement photo, lumière moins optimale, feuilles pas assez colorées ou encore arbres trop dégarnis, bref toutes sortes de raison que je me donnais pour justifier le report.  Demain sera mieux. Demain, je verrai.  Et le lendemain j’avais une autre raison…ou encore les mêmes.  Et ce report a duré pendant sept ans.

Cliquez pour voir en grand format

Puis, la vie nous envoie des signaux. Et si l’automne ne revenait pas ou du moins que mon parcours ne m’amènerait plus à proximité de ce lieu aussi fréquemment? La photo que je n’ai jamais prise se rangerait alors dans la catégorie des «j’aurais donc dû…»  Les fameux «j’aurais donc dû».  Vrai qu’il faut passer à autre chose, ne pas les collectionner, pratiquer le fameux «lâcher prise».  Mais de temps en temps, surtout côté photo, y’a quelques belles possibilités et occasions que j’ai choisi d’ignorer en me disant … quoi? En se disant que tantôt, tout à l’heure ou demain, ça serait mieux.  Et ces occasions restent lettre morte.

La vie étant ce qu’elle est, nulle certitude qu’un prochain automne m’amènerait à proximité de ce lieu.  C’était donc cette fois-ci qu’il fallait que je prenne le temps, l’équipement, et que la vie m’accorde ce moment.  Sachant que ce matin-là la météo serait clémente, le ciel dégagé, que mon horaire m’amenait à proximité au moment du soleil levant, il fallait que je profite du moment que la vie me proposait cette journée-là.  Et clic! F14 pour avoir non seulement une certaine profondeur de champ mais également l’effet étoilé.

Et maintenant?

Le récent décès d’une collègue de travail a résonné fort chez moi.  Elle venait de prendre sa retraite.  Quelques semaines après l’amorce d’un nouveau chapitre de vie où elle entendait mener de beaux projets de virée plein air avec son conjoint, l’annonce d’un cancer est venue tout chambouler.   Malgré plusieurs mois de traitement, elle n’a pu gagner son combat même si elle y croyait ardemment.  La vie nous apparaît parfois comme étant injuste, comme ce fut aussi le cas vendredi soir dernier.  Et oui, cette vie est criante d’injustice parfois.

Que faire alors?  Une chose s’impose: remettre à demain n’est plus une option.  Pas le choix. Comme l’affirmait le ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius dans un point de presse quant à la conférence Paris climat 2015.  «Le plan B?  Il n’y a pas de plan B parce qu’il n’y a pas de planète B.»

Alors, plus de temps à perdre.  Il faut donner suite aux projets qui nous habitent, qu’ils soient en photo ou dans d’autres domaines.  Il faut prendre le temps nécessaire pour faire les photos qu’on a à l’esprit et les afficher, les faire connaître, les publier.  Il faut plonger dans l’aventure dont on a le goût depuis trop longtemps.

PrintVoilà pourquoi je vous invite à prendre connaissance d’un projet que j’amorce sous peu et qui m’amènera dans une nouvelle contrée à vivre de nouvelles expériences. J’aurai sans doute l’occasion de vous en faire part dans ce blogue en temps et lieu.  Et si vous acceptez d’encourager l’organisme qui contribue à des projets essentiels de solidarité humaine et qui m’offre l’opportunité de cette aventure, je serai à la fois touché et reconnaissant

Savons-nous ce que l’avenir nous réserve?  Le savons-nous vraiment?  Vraiment?  Pour ma part, remettre à demain n’est plus une option.

N’hésitez pas à commenter.  Vos mots sont importants et votre présence … essentielle.  Je vous remercie infiniment pour celle-ci.  

Publicités
Cet article, publié dans Billet d'humeur, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Remettre à demain n’est plus une option

  1. Designrg dit :

    Belles photos, beaux récits mais surtout belle vie.On ne sait pas assez profiter de la chance que l on a de vivre.cette routine dans notre vie qui s installe et qui justement pour moi fais que l on repousse à demain.je verrai demain, je dois faire autre chose.Cet autre chose que l on connait si bien,cet autre chose sécurisant que J appelle Routine.Une dernière chose,merci pour ce joli moment d écrit et de photographie j’ai casse ma routine grâce à toi.
    A bientôt de la part d un cousin qui aime éperdument le Canada

  2. Liliane LUGOL dit :

    Bonsoir Louis et merci d’avoir une pensée pour les victimes des attentats de Paris.
    Votre message s’inscrit très bien dans ce contexte.
    Moi qui ai tendance à reporter les prises de vue sous les prétextes que vous indiquez très bien, j’entends parfaitement ce que vous voulez nous dire et je vais le mettre en pratique dès demain.
    Savez-vous comment on nomme en France (et peut-être ailleurs) le fait de remettre au lendemain ?
    Et bien cela s’appelle la procrastination. C’est un mot pittoresque et peu utilisé , c’est pourquoi je vous l’indique.
    Alors c’est décidé, je cesse de procrastiner en matière de photo. On est si contents quand on retrouve des photos que l’on croyait anodines et qui avec le temps ont pris tant de valeur…
    Je vous lis avec beaucoup d’intérêt depuis que je vous ai découvert il y a deux ans environ.
    Merci pour vos précieux conseils et pour votre énergie.
    je vous embrasse,
    Liliane

    • Merci pour votre présence continue Liliane. Très gentil et c’est très apprécié. Vous avez bien raison: certaines photos prennent valeur et tout leur sens avec le temps. Il faut capter, il faut créer, il faut voir autrement. Pour plusieurs, la photo devient un acte essentiel pour vivre et s’exprimer.

  3. Demouron dit :

    Merci Louis pour cette pensée pour les victimes de cette tuerie monstrueuse de vendredi. Vendredi treize. Vendredi noir. Vendredi rouge sang. Vendredi douleur. Vendredi orphelins. Vendredi parents meurtris, amis perdus. Vendredi incrusté dans nos coeurs meurtris, horrifiés par tant de haine dévastatrice sans cibles définies, juste pour tuer.
    Ils ont mal joué ces assassins kamikazes. Ils ont voulu diviser, mais en s’en prenant à « n’importe qui », ils ont rassemblé tout le monde contre leur barbarie bestiale. Le monde entier s’est soulevé, poussé par un écoeurement, un dégout et un rejet unanimes. Vive la France, vive le Monde,vive la Liberté d’expression, et vive la Vie, tout simplement.

  4. Très belles photos ! (comme quoi quand on se lance ça fonctionne très bien en fait, les petits défauts éventuels sont noyés dans le tout…)

  5. Yohann F. dit :

    Et oui, qui sait si nous verrons encore le soleil se lever ? Il faut sans attendre saisir la main d’amour que Dieu nous tend. Ce monde n’offre que désillusion… mais Dieu donne gratuitement un amour inconditionnel : celui manifesté en Jésus sur la croix.
    Sans attendre, ouvrons-lui nos cœurs, invitons le comme berger et sauveur de nos âmes.
    Je l’ai fait il y a 15 ans… je ne regrette pas !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s