Faire de la bonne photo de rue

La chaiseDéambuler comme un rôdeur, l’oeil aux aguets.  On cherche à débusquer.  Surtout, ne pas se faire repérer.  On anticipe et on espère.  Zut, déception.  On reprend espoir.  On rencontre, échange, tisse des liens.  On repart à la chasse.  Outre nos accessoires et peut-être une ou deux lentilles, la patience occupe une place importante dans notre sac photo.  Quelle chasse pratique-on?  Celle de la photo de rue.

Dans le domaine de la photo, cette période-ci est parmi les plus intéressante de l’année – surtout si vous vous intéressez à l’équipement photo.  Hopeleye les amis, c’est Noël!  Au sortir des foires commerciales de janvier où les manufacturiers ont annoncé des nouveautés, voici que celles-ci font leur apparition sur le marché pour l’importante période de vente précédant les vacances d’été.  Et quelles nouveautés!  Ouf et reouf!  Les critiques sont élogieuses pour certains compacts experts notamment le Fuji X10, le Nikon Coolpix P7100  ou encore le Canon G1X.  Nikon parviendra-t-il finalement à faire une percée dans les compacts expert?  Et quelle avancée de la part de Fuji dans la foulée de son impressionnant X100.  Chaque semaine amène ses belles surprises et l’arrivée des émetteurs-transmetteurs PowerWizard Plus III va combler les utilisateurs de flashs – d’autant plus que les prix sont à la baisse.  Voilà pourquoi j’ai créé une page «Nouveautés et rabais» qui me permet d’afficher les nouveautés de même que des promotions en cours de la part des manufacturiers.

Les belles surprises!

La chaiseJe rodais autour de l’objet et de l’intrigante situation.  J’ai finalement pris une photo au moment que je jugeais opportun.  L’homme s’est approché de moi.

«Qu’est-ce que tu vois dans ça?» m’a-t-il demandé.  L’itinérant me regardait d’un air perplexe, comme si j’avais enfreint son territoire.  «Pourquoi ça t’intéresse?» a-t-il insisté.  «Tu trouves pas ça intrigant une chaise comme ça sur le trottoir? Et puis, tu vois quoi dans cette chaise?» ai-je poursuivi à mon tour.  «Je vois du monde malade.  Je vois du monde qui ont besoin de la chaise parce qu’ils sont malaaaaades.  Dans le monde qui se promène sur la rue, y’on besoin d’une chaise pour s’asseoir pour attendre de parler à quelqu’un.»  Son explication s’est étirée pendant quelques minutes encore.  Nous avons continué de parler puis il est retourné à son poste pour continuer de quémander.

Bienvenue dans le domaine de la photo de rue.  On est jamais au bout de nos surprises.  Parfois, ce sont les situations qu’on photographie qui sont surprenantes, d’autres fois des objets insolites.  À l’occasion – comme cette fois-ci – ce sont des rencontres qu’on n’attendait pas.  Vraiment pas.

Voyage sidérant...ou voyage sidéral?

Anticiper…et patienter

La photographie de rue requiert une bonne vitesse de réaction.  Une situation survient devant soi et il faut réagir rapidement.  Il arrive alors que le résultat ne soit pas à la mesure de nos attentes.  Cadrage raté, vitesse trop lente, flou de bougé, etc.   La déception est en rendez-vous.

On peut toutefois se donner de meilleures conditions de réussite grâce à de l’anticipation.  Henri Cartier-Bresson est bien entendu comme un maître du moment décisif.  Par contre, je lisais récemment que Cartier-Bresson repérait d’abord un lieu qui était propice puis il s’appliquait à attendre l’action qu’il recherchait.  Pour réussir un plus grand nombre de photos, cherchons d’abord à identifier des endroits qui peuvent susciter certaines situations puis imaginons ce qu’on aimerait capter.  Vous n’avez ensuite qu’à patienter.  Croyez-moi, la situation surviendra tôt…ou tard.

Pitou piteuxC’est ce qui est survenu pour la photo ci-haut tout comme celle de droite.  J’ai d’abord repéré un lieu  puis j’ai attendu que des personnages viennent habiter le cadre à un endroit précis.  Dans le cas du «Pitou propre», vous devinez que j’attendais qu’un chien s’ajoute dans le cadrage.  Une dizaine de minutes ont suffi.  Je me suis même appliqué à trouver le bon angle pour que le regard du «pitou» dans la vitrine semble se diriger vers le chien de passage.  Dans le cas de la photo du haut, je me suis risqué à faire une photo HDR avec des personnages qui ont traversé le cadrage.  Personnellement, j’aime bien voir les deux personnages plutôt nets à la gauche mais en ombres furtives dans le reste du cadre.  Le titre de la photo «Voyage sidéral…ou voyage sidérant!» m’apparaît bien convenir.

Raconter une histoire

Deux solitudesMême si la photographie de rue requiert qu’on réagisse rapidement, il ne faut pas négliger pour autant l’essentiel.  Quel est-il?  Une photo doit raconter une histoire et dans la rue, on trouve 10 000 histoires à raconter.  Cette photo ne s’est pas déroulée nécessairement dans la rue mais c’est tout comme.  Que raconte-elle selon vous?

♫Avec Coke, y'a d'la joie...♪Les annonces publicitaires sont aussi un élément formidable pour nous aider à créer des histoires.  On peut jouer sur des éléments graphiques ou encore un message pour réaliser des compositions intéressantes qui racontent des histoires. Dans ce cas-ci, l’histoire s’est imposée d’elle-même.   Lorsque j’ai repéré cet environnement à New-York, j’ai tout de suite pensé à une publicité de Coke qui affirmait qu’avec «Coke, y’a de la joie».  La photo s’imposait alors – le paradoxe étant trop évident.  Repérez des publicités et imaginez alors une situation avec celles-ci qui pourraient raconter une histoire.

Réglages minimaux – réaction maximale

Gare!Avec la photo de rue, pas toujours le temps de peaufiner nos réglages.  Pour ma part, j’y vais pour des réglages moyens qui me donnent une bonne vitesse de réaction et une bonne qualité photo.  Je règle mon ouverture à F8, ajuste mes ISO en fonction de la luminosité et voilà mes réglages pour ma virée.  Si jamais le temps et le sujet me le permettent et conviennent – j’ouvrirai peut-être mon ouverture pour obtenir plus de bokeh.  Mais en général, une ouverture à F8 m’assure d’une profondeur de champ convenable tout en maintenant une vitesse d’obturation suffisante pour figer l’action.  Pour les détenteurs d’un appareil compact – et même les boîtiers – je réitère ma suggestion de privilégier le mode «programme».  Plus réactif, plus simple, il nous permet dans certaines circonstances de nous concentrer sur l’essentiel: un bon cadrage et le bon moment pour déclencher.

Audace maximale

Il existe une différence importante entre faire de la photo dans la rue et de la photo de rue. Plusieurs photographes font preuve de belles habiletés relationnelles pour réaliser des portraits dans la rue.  Ils n’hésitent pas à approcher de parfaits inconnus pour leur proposer de les prendre en photo.  Parfois ça fonctionne, parfois non.  Mais ils ont le mérite de faire preuve d’audace, de détermination, d’ouverture à l’autre.  Nous conviendrons toutefois qu’ils font du portrait «dans» la rue.

Si vous l’envie vous en chante, voici un vidéo qui m’a impressionné lorsqu’il est sorti en 2009.  Il reste toujours d’actualité pour ceux et celles qui veulent pousser leur démarche jusqu’à faire du portrait «dans» la rue.

Cet article vous a-t-il été utile?  Quels sujets aimeriez-vous que j’aborde au cours des prochaines semaines?  N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires, observations et suggestions.  Merci d’être au rendez-vous. 

Publicités
Cet article, publié dans Techniques photo, Thèmes photo, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Faire de la bonne photo de rue

  1. Ping : D’accord? Pas d’accord? | Fairedelabellephoto.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s