Ne boudons pas le HDR

Intérieur d'un monastèreOn l’aime, on le déteste.  Honni, aimé.  «C’est trop!».  «C’est beau!»  Il ne laisse personne indifférent.  On aime ses couleurs, on déteste ses couleurs que certains jugent exagérés.  «C’est pas naturel.» «On s’en fout, c’est beau.»  On entend un «wow» bien senti.  Quelqu’un s’exclame «yerk!» de façon aussi sentie devant le look psychédélique de certaines photos HDR.  Le HDR a ses partisans et ses détracteurs.  Pour ma part, j’aime bien l’utiliser.  Parfois, j’appuie sur le champignon.  Mais à l’occasion, surtout dans les sombres monastères tibétains, c’est un outil essentiel.  Démonstration.

Depuis quelques années, le HDR a fait son apparition…pour le meilleur et pour le pire.  Cette technique – dont nous avons déjà fait état précédemment – consiste à prendre une série de photos d’un même sujet – sans se déplacer et idéalement avec un trépied.  Les photos ont des expositions différentes grâce au bracketing.  Les appareils ont depuis un certain temps intégré une fonction permettant à ces derniers de prendre automatiquement un certain nombre de photos en modifiant le bracketing.  Dans le cas des appareils Canon (boîtier ou certains compacts), les appareils peuvent prendre trois photos en rafales avec des écarts d’exposition que le photographe détermine.  En général, on privilégie des photos à 0, -2 (crans) et +2 (crans).  Par la suite, on assemble le tout grâce à des logiciels spécialisés…quoique maintenant chez certains fabricants, l’assemblage et le traitement des photos HDR se fait dorénavant à l’intérieur du boîtier.

Même si on apprécie peu les photos HDR, il ne faut pas pour autant sous-estimer le procédé et ses possibilités.  Parfois, le HDR est un outil essentiel pour se sortir d’un mauvais pas ou encore pour tirer profit d’une situation ingrate.  Ce fut le cas lors de mon récent voyage au Zanskar.  J’adore les monastères, j’adore les lieux bouddhistes.  Toutefois, dans ces lieux sacrés, les moyens modestes, les conditions de vie et un souci pour la conservation des documents anciens font en sorte que l’éclairage reste pauvre.  Votre oeil perçoit beaucoup de détails mais votre appareil photo ne réussi jamais à capter ce que vous voyez.  Dans des recoins plus sombres, vous observerez des détails mais qui resteront cruellement absents de vos clichés.  Si vous examinez la photo ci-haut, vous voyez ce que je suis parvenu à soutirer grâce à une pause un longue sur un trépied (ISO 1600, F8, 0,3 sec.)  Le tout est correct et vive mon trépied gorillapod que j’ai eu la bonne idée d’amener.  Je vous le présentais dans un récent vidéo.  Imaginez si vous n’aviez pas de trépied.  Une photo à main levée dans un lieu si sombre, sans flash (le flash, quel horreur).  Avec une pose ne pouvant descendre plus bas que 1/30 seconde par exemple, y compris à ISO 1 600, votre photo sera encore plus sombre que celle ci-haut.

Voilà où intervient le HDR.  Voilà le moment où la prise de plusieurs photos à des expositions différentes pourra donner un résultat qui sera à la hauteur de votre vision du moment et des lieux.  Puisque j’avais mon trépied, je pouvais programmer mon appareil pour prendre trois photos à des expositions différentes.  La photo la plus sous-exposée a été celle du haut.  Les deux autres ci-dessous ont suivi.

ISO 1600, F8, 1,3 seconde

ISO 1600, F8, 5 secondes

Déjà la 2e photo (1,3 seconde) a permis d’éclaircir certains des zones les plus sombres de la scène.  On observe davantage de détails.  La dernière (5 secondes) permet à la lumière de rentrer pleinement dans notre appareil.  Certaines zones de cette photo sont nettement surexposées et «brûlées» mais qu’importe, les détails dans ces zones sont bien présents et très nets dans la première photo (0,3 seconde).  Ce sont celles-ci qui vont prévaloir dans la photo finale.

Pendant la prise de ces trois photos – elles peuvent être neuf dans le cas de Nikon – il importe évidemment de ne pas déplacer notre trépied et de conserver le même cadrage.  Si vous utilisez la fonction automatique de votre appareil pour le bracketing, celui-ci prendra les photos en rafales.

Après la prise de photos, reste le traitement numérique.  Plusieurs logiciels existent pour procéder à l’assemblage et au traitement des photos.  Pour ma part, j’aime bien le grand classique dans le domaine, Photomatix.  D’autres logiciels ont fait des progrès intéressants depuis leur 1ère version.  C’est le cas notamment du logiciel HDR Efex Pro 2 de Nik’s Software dont nous aimons énormément les plugins pour Lightroom.  L’assemblage des trois photos dans Photomatix a donné le fichier ci-dessous.  On remarque que le niveau de détails dans cette photo est plus relevé.  Les couleurs sont chatoyantes et vives.  Toutefois, la photo manque de contraste et de netteté («sharpening»).

J’ai donc poursuivi le traitement de mon image avec mes outils habituels: Lightroom de même que les plugins de Nik’s software.  Au final, j’ai obtenu cette photo (ci-dessous) très colorée, très vivante qui, dans mon esprit, représente bien l’intensité des lieux et l’atmosphère spirituelle qui y règne.  Vraie qu’elle n’est pas une représentation exacte de la faible lumière qui pouvait régner dans le monastère mais je ne cherchais nullement à recréer le lieu.  Je souhaitais le présenter dans ce qu’il m’a fait vivre et dans ce qu’il pouvait évoquer.  J’aime bien les nombreux détails qu’on peut dorénavant y distinguer.  Alors que les livres de prière (dans les rangées à gauche) étaient quasi-invisibles dans la 1ère photo, voilà qu’ils sont bien présents, bien visibles et offrent un beau motif dans le tiers de gauche.  Que dire des sculptures qu’on percevait à peine à l’arrière tout comme les détails et les coloris du tapis où les moines viennent s’agenouiller et s’asseoir au moment de la prière.

Intérieur d'un monastèreLe HDR peut entraîner des exagérations et des traitements surréalistes.  Dans le cas de la photo paysage, le HDR est habituellement utilisé avec une modération telle qu’on le remarque à peine.  Dans le cas de la photo intérieure, tout est une question de goût.  Mais en définitive, il m’a permis à plus d’une reprise de conserver et d’obtenir une photo plus révélatrice et évocatrice qu’un tristounet cliché sous-exposé.

P.S. Je viens de mettre la main sur un article qui avait retenu mon attention jadis et qui relatait dix convictions qui peuvent nous mener vers la dérive du HDR.

  • «Le HDR est la meilleure chose qui soit survenu dans le domaine de la photographie depuis longtemps!»  Ah oui?  Il serait peut-être important de relire quelques ouvrages sur l’histoire de la photo.
  • «Je suis un photographe HDR. Qui m’aime me suive.» Vrai qu’il faut développer sa propre démarche.  Il serait intéressant que celle-ci soit aussi comprise par des personnes qu’on veut intéresser à nos photos.
  • «Mon style, c’est mon style et j’adore le look psychédélique HDR!» Possible et tant mieux.  Mais c’est un passage au travers duquel plusieurs photographes ont goûté à la découverte du HDR.  Vous verrez…ça va passer.
  • «Je suis une autorité en matière de HDR.  La planète devrait le savoir!» La planète le sait peut-être, mais elle veut le voir.  Et peut-être que vous pourriez partager votre savoir.
  • «Des halos?  Des couleurs gâchées?  Vraiment?» À un moment donné, il faut jeter un coup d’oeil objectif à nos photos HDR.  Il est possible qu’il y ait des halos autour du contour de vos édifices.  Certaines couleurs sont peut-être brûlées.  Le moment est idéal alors pour remettre en question nos procédés et techniques.
  • «Comment?  Toutes les photos n’ont pas besoin d’être bracketées et tonemappées?»  Non.  Ce serait bien de temps à autre de faire une photo ordinaire.  Un seul clic.  Si, si, c’est possible.
  • «Je vais peut-être essayer d’autres types de photo alors.»  Ahhhhh, vous êtes sur la bonne voie.
  • «Comment?  Photomatix, c’est Photoshop non?»  Tout le traitement photo ne doit pas passer par Photomatix.  Dans mon cas, Photomatix n’a qu’une utilité: permettre l’assemblage de trois photos en un seul fichier.  C’est tout.  Je ne tente pas d’atteindre une finalité dans Photomatix.  Je m’empresse d’utiliser mes outils habituels.
  • «Je hais dorénavant le HDR!» Bon vous voilà maintenant de l’autre côté.  Gardez le HDR dans votre sac photo.  C’est un outil qui a une grande utilité dans des circonstances qui le commandent.
  • «Ok, ok, je vais continuer de faire du HDR à l’occasion.» La sagesse 🙂

J’espère que cet article vous a été utile.  N’hésitez pas à commenter les amis.  Vos mots sont importants et essentiels à ce blogue.

Publicités
Cet article, publié dans Techniques photo, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Ne boudons pas le HDR

  1. la lettre k dit :

    Le HDR dans un monastère tibétain, ne serait-ce pas là le chemin de l’éveil?

    • Certains répondraient que le chemin de l’égarement…mais je ne crois pas.  Merci pour ce commentaire spirituo-photographique 🙂

      ________________________________

  2. Dominique-André Brichaux dit :

    Bonjour Monsieur Louis 🙂
    Magnifique photos que vous nous proposez. Magnifiques couleurs. J’ai un Nikon D5100 et il a le HDR intégré. Question. Vu qu’il est intégré dans l’appareil, faut-il encore acheter un logiciel comme photomatix ou bien ce n’est plus nécessaire?

    Je n’ai pas encore fait de photos en mode HDR mais cela me tente beaucoup vu les résultats que j’ai déjà pu observer. Autre question, un HDR est-il obligatoirement réalisé avec 3 photos ou avec 2 est-ce possible. Je vous pose la question parce qu’il me semble que sur mon appareil, de mémoire, le guide parle de 2 photos en rafales, pas de trois ??? ///

    Merci beaucoup pour vos réponses et pour vos belles photos !
    Amicalement

    • Dominique-André,

      Vous posez des questions très pertinentes.  Intéressant que votre appareil photo puisse produire des photos HDR directement dans le boîtier.  Je vous suggère de faire des essais avec votre boîtier ET un logiciel comme photomatix.  Ce dernier vous offre une période d’essai de 30 jours.  Pourquoi ne pas tester les deux options?  N’ayant jamais eu d’appareil pouvant produire une photo HDR directement dans le boîtier, je ne sais quelle latitude ce dernier vous offre dans le rendu HDR.  Je sais que le logiciel vous en offre beaucoup.  Voilà pourquoi il serait intéressant de tester.  Deuxio, chez Nikon, vous avez la possibilité avec le bracketing auto d’aller jusqu’à 9 vues.  C’est vous qui déterminé le montant de photos à prendre de même que le décalage d’exposition.  Avec Canon, nous sommes limité à 3 vues.  Vous pourriez indiquer de prendre 3 vues, ou 5, ou 7 ou 9 à votre convenance.  Le minimum reste 3 vues, bien que certains affirment faire du HDR avec une seule photo et produisent par la suite deux autres versions de cette photo (sous-exposée, sur-exposée).    Ne vous inquiétez pas pour le nombre de photos en rafales.  Avec la fonction bracketing auto, l’appareil vous produit le nombre de photos que vous aurez indiqué. 

      Louis Lavoie

      Mon dernier article:Ne boudons pas le HDR Read more| My blog     Get this email app!   Want a signature like mine? Click here.   ________________________________

    • Dominique-André dit :

      Bonjour ou bonsoir 🙂

      Merci pour votre réponse à ma question Monsieur Louis ;), dès que possible, peut-être ce prochain week end, je vais explorer plus en profondeur mon appareil au sujet du HDR. J’ignorais totalement qu’il pouvait tirer jusqu’à 9 vues et je ne me rappelle pas du tout avoir lu cela dans le mode d’emploi détaillé donc, retour aux études du body lollll ! … Merci aussi pour l’idée de la version d’essai de photomatix, je n’y avais pas pensé du tout. C’est une excellente idée. En effet, malheureusement, les prix des logiciels grimpent vite et certains sont hors de prix pour moi comme pour beaucoup (photoshop par ex. on en viendrait à regretter presque le temps des copies des copies impossible aujourd’hui…)

      Bref, Merci Monsieur Louis, vous êtes un brave 😉 Bonne journée !

  3. Daniel St-Laurent dit :

    J’adore le « HDR » bien utilisé l’outil idéal pour réussir une photo qui as des basses lumières et des hautes lumières dans la même composition.

    • Merci Daniel pour votre commentaire.

      Louis Lavoie

      Mon dernier article:Ne boudons pas le HDR Read more| My blog     Get this email app!   Want a signature like mine? Click here.   ________________________________

  4. Bien d’accord avec vous, Louis Lavoie. Le HDR est une technique très efficace dans les coins sombres et les logiciels qui en permettent le traitement sont des outils puissants pour « faire de la belle photo ». A condition de ne pas trop pousser sur les curseurs, ce dont les pratiquants ne se rendent pas toujours compte… Reste le prix des logiciels qui demeure élevé au regard d’une utilisation souvent peu fréquente. Car on ne peut pas faire toutes ses photos en HDR.
    Merci à vous.
    Bien cordialement.

    André G.

    • Bien vu André.  Merci pour votre commentaire et présence. 

      Louis Lavoie

      Mon dernier article:Ne boudons pas le HDR Read more| My blog     Get this email app!   Want a signature like mine? Click here.   ________________________________

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s