Vol plané

Partir pour Bora Bora
Partir pour ailleurs
Avec comme compagnon de voyage
Soi
La valise intérieure au rendez-vous
Le passeport avec les marques du passé
Et ignorant de l’avenir.
Le vol s’annonce prometteur
Et le décollage est déjà fait.


À chaque fois, y’a une magie qui opère.  Dès que j’ai la chance d’être dans un lieu où une photo en plongée est possible, j’en profite.  Je me précipite vers les hauteurs et comme un chat, j’observe, j’épie, j’attends.  Je suis toujours emballé par les situations qui peuvent survenir et le regard neuf que la plongée nous amène.  Souvent, dans cette situation, mon regard devient géométrique.  Je suis attiré par les formes et le positionnement des objets dans l’espace.  Il suffit aussi d’attendre qu’un personnage se greffe dans mon cadrage pour que ma photo prenne un sens.

Mais cette fois-ci, l’alignement des agents de bord était inespéré.  La diagonale créée par leur positionnement était dynamique.  Lorsqu’il y a une diagonale ainsi créée, je privilégie de partir cette diagonale d’un des coins de ma photo.  Chaque agent de bord est bien détachée.  Avoir été au même niveau qu’elles n’auraient pas eu le même effet et l’empilement aurait été inévitable.  Vive la perspective en plongée!  Au final, la classique opposition entre le rouge et le noir ajoute une belle touche finale.  Je ne regrette pas cette zone de lumière plus intense dans le cadrage supérieur droit.  Dans mon traitement, j’ai même légèrement amplifié celle-ci pour en faire un blanc presque pur en laissant cette ombre de la chaise.  Le texte qui accompagne la photo dans le haut est une autre page de mon voyage intérieur.  Merci de m’accompagner. 🙂

Les aubaines

Elles sont nombreuses à cette période-ci de l’année. Des rabais fort intéressants tout comme des nouveautés.

Publicités
Cet article, publié dans Billet d'humeur, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Vol plané

  1. Dominique-André dit :

    Hello,
    Je trouve cette photo très actuelle. Moderne, esthétique, vivante. Je me demandais si le blanc à la droite du siège seul en haut n’était pas « brûlé » ? Sous question, à l’écran, comment distinguer un coin brûlé d’un autre qui ne l’est pas dans les blancs par exemple ??? je te pose la question car j’ai souvent vu des critiques dans des forums où, un photographe présentait une photo, tout content de lui et dans les retours, on lui disait que sa photo était brûlée … Merci et bon Week End 🙂

    • Dans la zone que tu cibles Dominique-André, oui il y a des portions «brûlées». Volontairement comme je l’indiquais dans l’article. Par exemple, le haut du meuble à la gauche du siège vide est tout à fait «brûlé». Le reste de cette zone est presque brûlé. Mon histogramme le démontre. Ce n’est pas un accident de parcours car j’ai amplifié le blanc pour le rendre presque pur, sans aucun détail. Ça me permettait d’amplifier les éléments plus noirs. Y’a des photos qui peuvent se prêter à l’exercice de brûler volontairement des portions de la photo. Rappelons-nous à l’époque de l’argentique qu’il y avait un procédé – qu’on fait maintenant numériquement – qu’on appelait le «dodge and burn». «Dodge» pour assombrir des zones d’une photo, «burn» pour éclaircir, voire «brûler» des zones d’une photo. Si on souhaite obtenir des blancs purs, «brûler» la zone est la façon d’y parvenir, soit en traitement numérique post-production ou encore avec le bracketing lors de la prise de photo afin qu’on surexpose volontairement notre photo au point où des éléments (ou zone) seront «brûlés».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s