Exposer pour les hautes lumières

«Exposer pour les hautes lumières».  Dans mon article de la semaine dernière, j’évoquais ce choix que vous pouviez faire dans votre mesure d’exposition. Dans quelles situations doit-on exposer pour les hautes lumières?  Quels sont les avantages?  Voici un article pour aller plus en profondeur sur un sujet qui le mérite pleinement.

Bon lundi à vous tous et merci à nouveau de votre présence.  Si vous appréciez les articles de ce blogue, n’hésitez pas à vous abonner à celui-ci par le truchement de la fonction présente dans le menu de droite.  Des lecteurs de flux de blogues (Feedly notamment) vous permettent également de prendre connaissance des nouveaux articles au fur et à mesure de leur publication.

La semaine dernière, dans le cadre de mon article sur l’importance du choix de la mesure d’exposition dans le cadre de la photo paysage, j’ai évoqué qu’à l’occasion, il pouvait être judicieux de faire son exposition en fonction «des hautes lumières» présentes dans notre cadrage.  L’affirmation mérite explications et démonstrations.

Grâce à la fonction que vous connaissez maintenant concernant le choix de votre mesure d’exposition, vous pouvez recourir à l’une des deux mesures plus précises (prépondérance centrale, spot) pour déterminer l’exposition souhaitée sur des éléments spécifiques de votre photo.  Lorsqu’on fait la mesure sur les hautes lumières, on fait le choix de s’assurer que les éléments les plus lumineux dans notre photo soient correctement exposés.  Pourquoi le fait-on?  Parce qu’on souhaite conserver des détails dans ces éléments lumineux que notre oeil est en mesure de percevoir mais que notre appareil photo – s’il expose pour l’ensemble de notre cadrage – ne pourra retenir et conserver.

L’exemple ci-dessus est un cas classique.  Voici des rayons lumineux qui percent les nuages et créent de sympathiques rayons.  Chez nous (au Québec), on appelle le phénomène des pieds-de-vent.    Sur Wikipédia, on décrit le phénomène comme étant «une douche de lumière».  J’aime :-).  Or, pour préserver la trace de ces rayons, je ne pouvais recourir à la classique mesure évaluative (ou multizone).  En ciblant spécifiquement avec la mesure spot une section très lumineuse, l’appareil expose correctement les hautes lumières.  La vitesse d’exposition est alors très rapide compte-tenu de l’intensité lumineuse.  Le reste de la photo est un peu plus sombre mais les détails et les rayons sont retenus.

Buidling with clouds in Montreal.  © All rights reserved.  Édifice avec nuages dans Montréall.  Tous droits réservés.© Louis Lavoie photo. N'hésitez pas à commenter ou à vous procurer cette photo si elle vous plaît. You like this photo? Don't hesitate to comment or order.

Voici un autre exemple que j’ai également utilisé dans mon article vous encourageant à exposer pour le ciel.  J’ai été fasciné par ces traînées de nuage au-dessus d’un édifice.  Le phénomène était assez «flamboyant».  Voici une situation où j’ai choisi de faire l’exposition en fonction des nuages lumineux.  La plus haute lumière dans le cadrage se situant dans certaines zones des nuages, j’ai fait ma mesure sur ces dernières afin de conserver le plus de détails.  Voilà pourquoi on distingue bien tous ces filaments nuageux.  Puisque la durée d’exposition a été très courte, l’édifice est un peu sombre mais le sujet principal de ma photo étant la configuration nuageuse, ça ne m’embête pas du tout.

Droits d'auteur

Dans le cas de la photo de nuit où vous profitez de l’heure bleue, il est avantageux de faire une lecture en fonction des hautes lumières.  Dans le cas de la situation ci-dessus, plusieurs zones de hautes lumières peuvent s’offrir.  Gare aux pièges.  Faire le choix des hautes lumières ne veut pas dire exposer correctement les sources lumineuses.  Par exemple, il ne faut pas tenter d’exposer correctement le soleil.   Ou dans ce cas-ci, d’exposer correctement les lampadaires dans la rue.  Ce sont des sources lumineuses qui seront de toute façon surexposées.  L’intérieur des pièces de l’édifice présente également des zones de hautes lumières.  On pourrait vouloir faire la mesure sur celles-ci.  Toutefois, la section droite de la coupole au haut de l’édifice devient une zone où il sera avantageux de conserver des détails grâce à une exposition plus juste.  En faisant votre mesure d’exposition sur une portion lumineuse, vous obtiendrez une vitesse plus rapide qui sied bien à la photo de nuit et vous permettra d’obtenir de beaux bleus profonds.

Zut!

Vous revenez d’une sortie avec vos photos et vous croyez que l’une d’entre elles aurait été mieux servi avec une exposition sur les hautes lumières.  Il manque de détails dans certaines zones lumineuses.  Tout est perdu?

Non.  Certains détails peuvent être récupérés ou encore ressortirent davantage.  Il vous faut un logiciel de traitement numérique qui vous permet de récupérer dans les hautes lumières.  Vous serez également avantagé si vous faites appel aux fichiers RAW de votre appareil photo plutôt que des JPEG.

Lightroom - hautes lumières

Dans les récentes versions de Lightroom (Lr4, Lr5, Lr6), deux commandes viennent à votre rescousse, soit les «hautes lumières» de même que le curseur pour les «blancs». En ayant recours particulièrement aux hautes lumières, vous constaterez l’impact de ce curseur sur les zones lumineuses. Dans le domaine de la photo paysage, vos cieux notamment gagneront en détails et en définition.  Dans le traitement numérique, plusieurs photographes paysagistes ont systématiquement recours à cette fonction pour donner plus de personnalité aux nuages dans leur composition.  De son côté, le curseur pour les «blancs» s’assure que vous puissiez récupérer ou diminuer les zones brûlées, c’est-à-dire les éléments dans votre photo qui sont surexposés à un point tel qu’ils sont devenus des blancs parfaits.  Parfois, ça convient bien à une photo, parfois non.  Il faut noter que les fichiers RAW retiennent beaucoup d’informations numériques et ce même si on semble avoir des zones brûlées.  Le fichier a conservé les détails dans ces zones – d’où la possibilité, notamment pour Lightroom, de récupérer et afficher ces détails.  Dans un fichier JPEG, si la zone est brûlée, elle le demeure.

Il est évidemment préférable de réussir notre photo dès la prise de vue.  J’ai toujours une certaine hésitation à faire part des possibilités «logicielles» pour corriger des situations. Ça peut donner le sentiment (et l’impression) que tout récupérable et modifiable en post-production.  Ces possibilités existent mais tout ne se corrige pas en traitement numérique, ou encore se corrige mais au prix de combien d’heures de travail.  🙂

J’espère que l’article de cette semaine pourra vous être utile.  N’hésitez pas à commenter ou encore à poser des questions.  Vos mots sont importants, votre présence tout autant.  

Les nouveautés & aubaines

Des rabais fort intéressants tout comme des nouveautés. En commandant via nos hyperliens, vous soutenez ce blogue. Merci de votre appui.

Note: B&H offre la livraison gratuite au Canada pour toute commande supérieure à 99$US.

Publicités
Cet article, publié dans Techniques photo, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Exposer pour les hautes lumières

  1. KanCKonYVa dit :

    Passionnant !
    Je relirais tout en profondeur et me metrrais en route pour tester ces techniques ! Merci pour cet article !

  2. Marcenac dit :

    Un bonjour de France,
    Merci à vous pour tous ces bons conseils dont vous nous faite part si gentiment, et qui nous sont fort utile !
    Vos images sont splendides !

  3. Luc dit :

    Merci pour cet article très intéressant ; comme tous vos autres articles aussi d’ailleurs ; j’y ai appris plein de choses.

  4. Catherine Chantin dit :

    Merci Louis pour le rappel, c’est une méthode que je devrais utiliser plus souvent en amont. J’ai trop tendance à corriger mes hautes lumières en post-traitement.

  5. VBonnefond dit :

    Encore une fois un article fort clair et fort détaillé qui devrait amener chacun à savoir exposer correctement pour ne pas être déçu du résultat. Bravo, Louis, pour cette foison d’articles très pédagogiques ! :^)

    • Merci beaucoup Vincent. J’apprécie à chaque fois votre feedback. Chaque article est un peu comme une bouteille à la mer. On ne sait jamais si elle trouvera preneur. Vos commentaires sont une présence précieuse. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s