Faire de «l’horsdinaire» de l’ordinaire

Ça vous arrive des fois que votre oeil photo est attiré par un sujet vu et revu, fait, refait et rerefait. Vous vous dites: «À quoi bon.» Et vous avez le goût d’aller voir ailleurs et de passer votre chemin. Et si vous persistiez? Si vous tentiez de trouver une nouvelle façon de capter le tout?  Et si vous osiez vous servir du sujet pour en faire quelque chose d’autre?  Si on tentait de faire de «l’horsdinaire» avec l’ordinaire?  Ça vous dit?

Bon début de semaine à vous.  Comme plusieurs parmi vous, je suis de retour de vacances.  Durant celles-ci, l’appareil photo m’a accompagné plus souvent qu’autrement et c’est en pensant à vous et à mon blogue que j’ai capté certaines situations photos.

google+-4246

Voici un exemple.  En me promenant sur une grève, mon regard est à la recherche de détails intéressants. Les galets colorés attirent mon regard.  Les restes d’une carapace de crabe m’inspirent une composition.  Et clic!  Voilà une photo qui est correcte mais qui s’apparente à tant d’autres. On aime bien ces galets de couleur et plusieurs en ont fait des éléments de décor dans leur demeure, que ce soit en photos, en éléments décoratifs. C’est bien mais connu.

Et si on commençait à s’amuser avec notre sujet?  À tenter des expériences?  À essayer d’en faire une évocation plutôt qu’une représentation?  Les lecteurs habituels du blogue savent combien j’aime l’évocation beaucoup plus que la représentation.  Alors, pourquoi pas dans ce cas-ci? Allons-y avec la technique classique du mouvement de notre lentille en «zoom out» au moment de la prise de photo.  On cherche à avoir une durée d’exposition passablement longue, on zoome sur un élément de notre composition (la pierre blanche au milieu de notre cadrage), on déclenche.  Pendant l’exposition, on zoome out c’est-à-dire qu’on déplace la bague de notre objectif pour obtenir un cadrage plus large.  Dans ce cas-ci, je devais réagir rapidement: ISO 100, F22, 1/4 seconde.  Le résultat est pas mal mais nous restons dans des lieux communs.  Du moins, à mon goût.

Allons plus loin encore.  Accentuons le mouvement avec notre caméra.  N’hésitons pas à oser le flou.  Inspirons-nous aussi de la démarche de Michael Orton.  Dès que j’ai un sujet avec de beaux coloris, l’abstraction me fait de l’oeil.  Je déplace mon appareil pour créer de légers mouvements circulaires.  J’expérimente.  J’essaie.  Tantôt je fais des mouvements plus importants, tantôt de légers déplacements.  Dans ce cas-ci, j’ai conservé la carapace dans mon cadrage mais celle-ci, tout comme les galets, sont évoqués, sans plus.  ISO: 100, F22, 0,3 seconde d’exposition.

Voilà!  Et si les galets ne devenaient que des coups de pinceaux?  Et si il n’était plus nécessaire de savoir ce que c’était à l’origine?  Et si nous laissions place à l’abstraction?  Moi, j’aimerais avoir ce tableau impressionniste sur mon mur.  Pas vous? 🙂

google+-4311

Dans le même esprit, j’ai pris une photo des classiques cages de pêcheurs qu’on retrouve ça et là près des ports de mer.  Composition correcte, malheureusement peu gâtée par le ciel blafard en arrière-plan.  À l’instar de nos galets, on pourrait se contenter de documenter notre séjour.  Mais voilà que nous (vous et moi) sommes des photographes qui voulons aller au-delà de l’ordinaire.  Alors, on plonge.

Vive l’exposition prolongée.  ISO: 100.  F22.  Vitesse: 0,8 sec.  Grâce à cette exposition prolongée, je me suis amusé à faire des différents mouvements, tantôt mon coup de volant habituel (180 degrés), tantôt des mouvements plus légers.  Voici un résultat qui me plaît. On perd pratiquement toute référence aux cages et aux cordages mais les beaux coloris et les formes demeurent comme matière.

Au-delà du 1er coup d’oeil

google+-4589

Voilà qui a de quoi retenir notre attention.  Un quai à l’abandon avec des signes évidents de faiblesse. Parions que le premier réflexe est de capter ce quai, son apparence, sa désuétude et son emplacement.  Voilà qui est tout à fait correct.  On peut aussi faire cette photo pour documenter notre voyage.  Le cadrage que j’ai fait inclus peu de ciel car ce dernier était grisâtre, sans personnalité, sans détails et définition – le piège de la surexposition étant certainement une possibilité en raison du sujet plus sombre et le ciel tout blanc.


Si on veut passer de l’ordinaire à «l’horsdinaire» (j’hésite à utiliser le mot extraordinaire qui renvoie beaucoup plus au fabuleux qu’à «l’hors de l’ordinaire»), il ne faut plus regarder l’ensemble mais les détails.  Quitter le monde de la représentation pour privilégier celui de l’illustration ou de l’évocation.  Le lieu se prête à plusieurs possibilités.  Quelque chose d’intéressant peut être créé à partir des planches et bouts de bois qui reposent sur le quai. Certains profiteront du bois âgé pour faire des photos de texture. Pour ma part, mon oeil a été attiré le jeu de reflets et des structures.  Je me suis rapproché de mon sujet et j’ai choisi une perspective en conséquence.  J’ai privilégié un cadrage «rentre-d’dans».  Je me suis déplacé pour tenter d’éviter trop d’enchevêtrements.  Pour quelques éléments, on n’y échappe pas mais dans l’ensemble, j’aime bien.   Dans ce cas-ci, comme dans bien d’autres, mon objectif n’était pas de faire la photo du dessous d’un quai mais plutôt une mise en scène graphique sans aucun objectif de représentation.

J’espère que l’article de cette semaine pourra vous être utile pour passer l’ordinaire à «l’horsdinaire».  Les possibilités sont nombreuses à proximité de chez soi.  Suffit tout simplement d’exercer son oeil à voir autrement.  Bonne semaine photo.  🙂

Les nouveautés & aubaines

Des rabais fort intéressants tout comme des nouveautés. En commandant via nos hyperliens, vous soutenez ce blogue. Merci de votre appui.

Note: B&H offre la livraison gratuite au Canada pour toute commande supérieure à 99$US.

Publicités
Cet article, publié dans Sources d'inspiration, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Faire de «l’horsdinaire» de l’ordinaire

  1. Expérimenter…J’achète tout de suite…Ce que j’aime avec le numérique…Tout essayer avec comme seul risque celui de faire des découvertes et d’apprendre! Que demander de plus…

  2. Sylvain Lavoie dit :

    J’aime beaucoup le terme « horsdinaire »: Quelle belle invention! Et autant les sujets abordés; en effet, c’est rafraississant pour le regard et surtout pour la démarche. Merci Louis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s