Ciel, je plane

Cliquez pour voir en plus large format

C’était imprévu.  Inattendu. Au milieu d’une virée photo au milieu de paysages d’automne, voilà qu’un sujet s’est imposé, sans invitation et surtout…sans crier gare (sic).  Que faire lorsqu’on voit du coin de l’oeil des avions atterrir sans cesse à l’aéroport d’une petite ville?  Y aller! Pour y découvrir quoi? Trois heures de pur bonheur…planant.  🙂

Bon début de semaine à vous tous.  Désolé pour mon silence de la semaine dernière mais j’étais en pleine virée photo/rando dans les montagnes du New Hampshire (USA).  Les paysages et les couleurs d’automne étaient magnifiques.  On en a mis plein la carte mémoire.  Toutefois sur le chemin du retour à mon emplacement de camping, mon regard a été attiré par un petit avion qui amorçait son atterrissage avec un fort piqué.  Le tout m’apparaissait périlleux mais il disparut derrière les arbres sans que j’entende ou ne constate de casse. L’aéroport local était juste derrière et une forte activité semblait y régner. Intriguant.  Que faire?  Ma curiosité étant piquée, je me suis dirigé dans cette direction. Même si l’aéroport est probablement modeste, on est accueilli par plusieurs panneaux nous décourageant de poursuivre notre route, stipulant que l’accès est réservé seulement au personnel, etc.  On poursuit?  Oui, on poursuit en se disant qu’on invoquera la photographie pour notre dérive si jamais on est interpellé. 🙂

La belle découverte

google+-6777

Cliquez pour voir en grand format

En franchissant l’enceinte de l’aéroport, la vue qui s’offrait à moi était magnifique. Le champ qui servait de piste d’atterrissage était entouré d’une forêt aux magnifiques couleurs automnales.  Nous sommes dans le creux d’une vallée avec les Montagnes blanches en arrière-plan.  Je m’avance tranquillement, ébahi.  Des planeurs reposent ça et là à proximité.  Wow.  Des gens vont et viennent, intéressés par ma présence mais sans me faire de reproches ou m’adresser de lourds regards.  Du coin de l’oeil, je vois un planeur qui tournoie à proximité de la piste d’atterrissage puis amorce sa descente dans notre direction.  C’est majestueux, gracieux, empreint de sérénité, véritable ballet de voltige et de douceur dans sa descente.

Le ballet s’organise devant moi.  Les planeurs atterrissent, l’avion remorqueur également. D’autres planeurs repartent aussitôt. Certaines personnes viennent vers moi et se présentent, tout heureux qu’un photographe soit présent.   Je comprends que j’ai la chance d’être tombé sur un événement d’une semaine qui réunit la communauté des passionnés et propriétaires de planeurs de la côte Est américaine.  En prime cette journée-là, un phénomène assez rare se produit devant nos yeux soit des courants aériens – et la formation nuageuse – qu’ils appellent «the wave» (la vague).  Avec la photo ci-contre, vous comprenez le phénomène.  Pas besoin de vous  les courants ascendants que les planeurs sont en mesure d’emprunter grâce à ce phénomène.  Ils jubilent car ils viennent d’obtenir la confirmation que la tour de contrôle de Boston vient de dégager encore davantage leur espace aérien en raison des conditions de vol inespérées.

La courbe d’apprentissage

google+-6838

Cliquez pour voir en grand format

Bon, comment faire?  Comment capter ce ballet de planeurs et d’avions?  Voilà la première fois que je travaille ce sujet.  Au début, je fais l’erreur classique du débutant pour un tel sujet.  Voyez la photo de cet avion.  Quelle est l’erreur?  ISO: 400. F5, 1/2500 seconde.  Vous avez trouvé? L’hélice?  Bravo!  Bon oeil. Initialement j’ai eu le réflexe d’avoir recours à une durée d’exposition trop rapide.  On fige alors les pales de l’hélice. Résultat?  On a l’impression que l’avion atterrit en catastrophe, son moteur étant éteint alors que c’était loin d’être le cas. Corrigeons le tir ou plutôt faisons ce que nous savons de mieux faire dans les circonstances.

Le filé dynamique

J’aurais pu photographier tous ces planeurs et ces avions à hélice en les figeant dans les airs ou à l’atterrissage.  Toutefois, je souhaitais plutôt donner une appréciation de leur vitesse, de leur déplacement, les présenter dans un contexte dynamique.  Voilà pourquoi j’ai eu recours à la technique du filé dynamique (ou filé d’action) que je vous ai présentée précédemment.

Cliquez sur la photo pour grand format

Voilà qui est beaucoup plus intéressant.  La vitesse est volontairement lente.  Très lente: 1/30 sec. F18 – F22, ISO 100.   Je travaille en mode vitesse à une vitesse fixe de 1/30 sec. L’hélice a dorénavant un beau mouvement uni.   Avec cette vitesse et le mouvement de suivi de mon sujet que j’ai beaucoup pratiqué au cours des dernières semaines (voir ma galerie «Mouvement» dans mon portfolio), je parviens à garder mon sujet passablement net. Le résultat est celui que je recherchais.  Et comme photographe, je viens de prendre mon envol…et je plane. 🙂

Cliquez pour grand format

Cliquez pour grand format

Cliquez pour grand format

Cliquez pour grand format

Cliquez pour grand format

Cliquez pour grand format

Cliquez pour grand format

Cliquez pour grand format

Trois heures de pur bonheur.  Le plaisir de la découverte d’une confrérie et d’une pratique «sportive/loisir» avec les caractéristiques de ces appareils dont le coût d’achat débute à 8 000$ US (et +++++!).  Y’a également quelques éléments anecdotiques qui m’ont bien rigoler comme cette réponse à ma question: «Combien de temps les planeurs peuvent-ils séjourner dans le ciel?»  «Aussi longtemps que le pilote peut endurer le froid ou encore qu’il n’aille pas à se soulager.»  😉

Si à une reprise, j’ai été moins chanceux dans mon audace quant à accéder à des lieux en principe interdit à des personnes non-autorisées, je suis très heureux dans ce cas-ci d’avoir écouter ma curiosité et d’avoir persévéré.  J’étais bien content également d’avoir dans mon sac photo la technique du filé dynamique, technique que j’avais eu l’occasion de pratiquer au cours de l’été.  J’associe ce genre de pratique à des gammes pour un pianiste.  On le fait puisqu’on ne sait jamais quand on devra jouer en marge de notre répertoire habituel.

J’espère que l’article de cette semaine pourra vous être utile.  Merci de prendre le temps de commenter si vous le souhaitez.  Vos mots sont importants.  

Publicités
Cet article, publié dans Techniques photo, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Ciel, je plane

  1. Morgane dit :

    Super article comme toujours et très agréable à lire e, plus du contenu intéressant ta façon d’écrire est géniale. Merci pour la technique du filé c’est vrai que les photos sont tellement belles comme ça.

  2. Joël dit :

    Très bien. .je fais la même chose avec mon argentique. .mais avec l électronique il faut un haut de gamme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s