Le peuple migrateur

Le peuple migrateurJ’aime pratiquer la photo nature.  J’aime aussi pratiquer la photo de rue.  Contradiction?  En apparence, si.  Deux pratiques photo bien distinctes tant dans le sujet que dans les réflexes.  La nature vs l’urbanité.  La recherche zen vs l’animation et la fébrilité.   La préparation du cadrage vs la réaction. L’utilisation d’un trépied vs le cadrage à main levée.  Les similitudes entre la photo paysage et la photo de rue semblent bien ténues.  Et pourtant… J’étais loin de me douter que mes réflexes de photo de rue me seraient utiles et nécessaires pour réussir cette photo paysage.  Récit d’une photo au lever du jour. 

Bonne semaine à vous tous et merci encore une fois d’être des nôtres.  J’ai vécu récemment une belle expérience photo que j’ai le goût de partager avec vous.  Mes idées d’article pour mon blogue me viennent souvent au moment même où j’appuie sur le déclencheur ou encore que je suis en train de travailler un cadrage, une situation.  Seul au lever du jour ce matin-là avec mon appareil photo, j’avais une pensée pour vous.

© Louis Lavoie photo. N'hésitez pas à commenter ou à vous procurer cette photo si elle vous plaît. You like this photo? Don't hesitate to comment or order.Vous vous souvenez du petit défi à lequel je vous conviais il y a quelques semaines?  Celui où je vous invitais à identifier un sujet facile d’accès, à proximité et que vous pourriez photographier à répétition selon les heures, les jours, la lumière, les conditions de météo? Bref une série de photos du même sujet en introduisant dans vos photos plusieurs variables qui donnent un rendu différent?  Je m’applique moi aussi à donner suite à mes devoirs et vous vous souviendrez que j’avais adopté un magnifique arbre dans un champ pour faire ma série photos.  Puisque je n’avais pas encore capté ce dernier avec un lever de soleil, j’ai choisi ce matin-là d’aller capter la scène.

J’ai donc initialement choisi mon angle afin d’inclure le soleil dans mon cadrage.  Je me suis assuré d’une mesure d’exposition judicieuse pour l’ensemble de la scène.  Mon objectif premier était donc de capter mon arbre avec ce lever du soleil.

Toutefois, le passage rapide de quelques oiseaux a éveillé mon oeil et mon esprit à une autre photo.  Et si…?  Et si j’attendais le passage d’une volée d’oiseaux?  Voilà qui donnerait une composition plus forte.  Comme dans la photo de rue où un emplacement offre beaucoup de potentiel mais le tout prend son envol grâce à une présence humaine ou animale.  Mes points de repère n’étaient donc plus dans le domaine de la photo paysage mais plutôt de la photo de rue.

Voilà donc que les principaux éléments d’une bonne photo de rue venaient de se mettre en place.  Contrairement à ce qu’on peut croire, une bonne photo de rue se prépare.  Elle repose sur l’identification d’un lieu propice à une situation.  Il faut faire un cadrage dynamique de ce lieu.  Ensuite, on doit avoir la patience d’attendre que la situation évolue pour qu’on obtienne ce qu’on croit avoir à l’esprit.  Identification et patience, deux ingrédients essentiels.

© Louis Lavoie photo. N'hésitez pas à commenter ou à vous procurer cette photo si elle vous plaît. You like this photo? Don't hesitate to comment or order.Mon souhait d’incorporer une volée d’oiseaux dans mon cadrage était d’autant plus réaliste que nous sommes en haute saison quant au passage des oiseaux migrateurs.  Qui plus est, l’heure matinale faisait en sorte que les oiseaux amorçaient leur routine quotidienne en se déplaçant du fleuve à proximité vers les champs.  Une première volée fit son passage mais son angle n’était pas le plus opportun pour ma composition.  Qu’importe.  Patience, patience, patience.  Une 2e, une 3e passent à proximité mais rien de convaincant.  Une 4e fait son apparition au loin.  Elle semble se diriger à la droite de mon cadrage, puis bifurque vers la gauche.  Elle se rapproche dans ma direction mais reste à l’extérieur de mon cadrage.  Patience, patience, patience.  On garde le cap comme photo et on espère que le leader de la volée changera le sien :-).  Les outardes font soudainement leur apparition dans le cadrage et continuent de se diriger vers moi.  Le moment est propice! On capte plusieurs photos en rafale jusqu’à ce que le passage soit complet.  Un coup d’oeil dans l’écran arrière.  Et hop!  Celle-ci est la plus réussie.  Les oiseaux se détachent bien et la présence de quelques-uns à l’intérieur de l’astre solaire n’est pas inintéressant.

Cette photo est l’un de mes coups de coeur dans mon portefolio.  J’ai eu la chance de photographier les oies et les bernaches à plusieurs reprises.  J’ai un faible pour ces oiseaux migrateurs, leur comportement en famille, leurs jeux sur les rivages.  Même si la photo me rappelle un peu trop le visuel du documentaire «Le peuple migrateur», c’est quand même ma photo.

N’hésitez pas à commenter ou encore à vous inscrire à mon blogue.  Mes photos sont également en vente sur mon siteBonne photo printanière. 

Publicités
Cet article, publié dans Photographie paysage, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le peuple migrateur

  1. Encore une belle photo, Louis Lavoie…. Merci. Et je vois qu’on peut aussi s’affranchir des conventions en faisant un beau paysage en mode portrait ! Comme quoi l’instinct et le cœur seront toujours plus vrais que des règles fixées plus ou moins arbitrairement….

  2. Benoît Enard dit :

    Bonjour Louis Lavoie, photographe amateur, pouvez vous svp me conseiller sur le Ladhak Zanskar et choix d itinéraire ?
    Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s