Être soi pour faire autrement

Lorsqu’on progresse dans le domaine de la photo, il arrive à un moment qu’on ne prend plus de photo: on les fait.  On les imagine dans notre esprit, même les photos les plus inusitées, les plus incongrues. On a un concept en tête.  On a une intention précise.  Puis on se met à l’ouvrage.  On essaie…puis on essaie à nouveau. On ose faire différemment.  Avez-vous le goût de sortir des sentiers battus?  Je sens déjà votre pied qui trépigne.

Bonjour à vous tous.  Voilà que j’ai retrouvé le chemin de mon clavier après un long silence marqué par une virée en Asie.  J’ai sans doute voulu conserver le plus longtemps possible cette belle sérénité bouthanaise sans vouloir trop vite reprendre le rythme frénétique occidental.  Toutefois à me retrouver sur un terrain de football (américain), la sérénité doit prendre du recul car mieux vaut être alerte et vif comme photographe pour capter le jeu et surtout éviter des collisions sur les lignes de côté.

Au moment d’écrire ces lignes, mon équipe de football collégial préférée, les Triades de Lanaudière sont en voie de connaître l’élimination en quart de finale.:-(    Déception.  J’ai toutefois eu la chance avant que leur saison ne se termine abruptement de réaliser des photos que j’avais à l’esprit.  J’avais encore en mémoire certaines photos que j’avais réalisées pour un spectacle de danse en ayant recours à des expositions multiples pour capter le mouvement des danseurs.  J’avais le goût d’avoir recours à la même technique pour le football.  Mon expérience de photographe depuis plusieurs années m’a souvent fait observer ce sport comme un espèce de ballet, une chorégraphie.  Dur ballet bien sûr où les contacts sont violents et la résultante un peu cacophonique.  Mais ces chassés-croisés, ces mouvements des joueurs de ligne avaient une certaine poésie pour moi.

Je me permets ici d’insister à nouveau sur un élément qui m’apparaît fondamental dans une démarche soit le fait d’avoir préciser une intention, un «concept» au moment d’appuyer sur le déclencheur de notre appareil.  Qu’est-ce qu’un concept?  Ça peut être une notion, une idée, une émotion que vous allez de mettre en forme par le truchement de votre choix de cadrage, par la disposition des éléments dans celui-ci.  Une photo est l’expression de ce concept, de cette intention.  On peut produire une photo pour de belles qualités esthétiques mais sans une idée, un concept, une notion ou l’expression d’une émotion, ça équivaut en quelque sorte à quelqu’un qui a une très belle écriture mais dont la suite de mots n’a pas de sens ni idée.  Ça restera donc une belle écriture…vide.

Comment identifier notre concept lorsqu’on fait une sortie photo par exemple?  Je crois qu’il est essentiel d’être tout d’abord dans le moment présent.  Être sensible à ce que l’on ressent, à ce qu’on voit, les émotions qui naissent en nous, les éléments qui retiennent notre attention.  Pourquoi ces éléments plutôt que d’autres?  En vous posant ces questions, en vous regardant réagir, en étant un observateur de vous-même, vous allez pouvoir identifier votre regard.  Même si vous avez à l’esprit des photos réalisées par d’autres photographes, même si la tentation est grande «de faire pareil», en étant à l’écoute de votre regard et de vos émotions, vous trouverez votre intention et votre concept.  Si vous souhaitez pousser plus à fond votre réflexion et votre démarche à ce sujet, je vous invite à découvrir le magnifique site et blogue de mon amie Nancy Lussier, «Espace en soi».

Le concept que je cherchais donc à illustrer est cette chorégraphie dans le sport du football de mouvement et de forme alliant à la fois une certaine grâce tout en étant intimidante, forte, vigoureuse.  J’ai profité comme à l’accoutumée de la période de réchauffement de l’équipe avant un match pour faire mes premiers essais.  J’ai beaucoup aimé les premiers résultats.  Grâce à la fonction d’expositions multiples de mon boîtier, j’ai fait une série de photos en misant sur une triple exposition à chaque reprise.



La triple exposition me permet de capter le mouvement dans le jeu.  Elle rend bien l’aspect intimidant du jeu, la force explosive des joueurs.  L’élément auquel je ne m’attendais pas mais qui ajoute une belle touche est la pluie.  La pratique d’une activité dans des conditions plus difficiles donne souvent des photos plus marquantes, plus dynamiques et plus percutantes.  J’ai déjà écrit par le passé à ce propos.

Dans ma première série, j’ai constaté que j’avais un léger flou de bouger dans mes photos. Bien entendu, mes sujets (joueurs) sont flous en raison de la triple exposition mais certains éléments fixes dans mes photos sont également flous puisque j’avais fait celles-ci avec un monopode.  Même si j’avais tenté de rester le plus stable et fixe, inévitablement, j’étais porté à suivre l’action avec mon appareil.    J’ai donc profité d’un entraînement cette semaine pour faire de nouvelles photos cette fois-ci avec trépied.

Ô surprise, la pluie est à nouveau au rendez-vous.  Youpie!!  Avec la pluie (ou l’eau), il faut chercher à avoir une source lumineuse à l’arrière («back lit») pour faire ressortir les détails.  La pluie se détache alors de l’arrière-plan.  Voilà pourquoi j’ai toujours cherché à me placer en angle avec les projecteurs.  Je n’ai également pas hésité à me positionner directement derrière les joueurs même si le jeu venait dans ma direction.  Les joueurs ont été assez gentils pour ne pas entrer en collision avec moi…ou encore j’ai été assez rapide à l’occasion pour m’enlever de leurs courses. 🙂

L’utilisation du trépied a donné les raisons que je souhaitais.  Si les joueurs sont en mouvement, en déplacement et accusent un flou certain (et voulu), les éléments fixes sont plus figés.  Le ballet s’exécute à nouveau.



Comme les joueurs, il ne faut pas hésiter – à titre de photographe – à poursuivre notre entraînement.  Manipuler notre équipement, connaître ses possibilités, exploiter celles-ci au maximum.  Voir beaucoup beaucoup beaucoup de photos.  Comprendre comment elles ont été réalisées.  Et surtout, imaginer les nôtres.  Faire place à notre créativité. Prendre des techniques d’un contexte pour l’essayer dans un autre même si on n’a aucune référence.  Essayer, tenter, innover.  S’écouter surtout.  Oser faire différemment.  Croire dans notre vision.  Être sensible à nos émotions dans les situations photos.  Avoir un concept et une intention à l’esprit avant d’appuyer sur le déclencheur.  Cesser de prendre des photos pour passer à l’étape de faire nos photos.

J’espère que cet article pourra vous inspirer.  N’hésitez pas à commenter.  Vos mots sont précieux.  

Les nouveautés & aubaines

Des rabais fort intéressants tout comme des nouveautés. En commandant via nos hyperliens, vous soutenez ce blogue. Merci de votre appui.

Publicités
Cet article, publié dans Sources d'inspiration, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Être soi pour faire autrement

  1. Catherine Chantin dit :

    Te voilà de retour du Bhoutan, j’espère que tu as passé un bon voyage. J’ai été voir une expo sur ce pays chez LLLozeau. La photographe s’appelle Martine Michaud, son pseudo: Mishô. De très belles photos et je suis sûre que tu as rapporté toi aussi d’aussi belles. L’expo est du 9 oct au 4 nov, il ne te restes que demain. Alors, si tu as le temps ….
    J’ai lu ton article avec intérêt et tu me donnes le goût d’essayer cette technique. J’irais sûrement à l’école de danse où pratique ma fille pour faire des tests.
    Merci du partage !
    Bonne journée
    Catherine

  2. Sylvain Lavoie dit :

    Content de te retrouver, Louis, à ton rendez-vous photo! Du Bhoutan (Ooohhmm …) au football canadien (ARRRRGH!), quelle transition. Je suis un vrai Fan de football, mais c’est la première fois, pour moi, que dans des photos, les stratégies et les tactiques deviennent du ballet et des corégraphies. Ça réveille notre regard. Vus sous cet angle, les dernières parties que les Tigres de Buckingham (l’équipe de mon fils) ont jouées sur un terrain tout en boue, c’était de la pûre poésie! ;)))

    • Sylvain Lavoie dit :

      Mes excuses pour mes fautes d’orthographe, on devrait toujours se relire … (chorégraphies, vues,pure …) Merci.

  3. Dominique-André dit :

    Merci Monsieur Louis, en effet j’ai trop souvent lu ci et là des problèmes avec ce qui venait de Chine point de vue qualité et pour la qualité, point de miracle, la qualité se paie mais en général on ne regrette pas ses investissements sur le moyen et long terme. Je connais un photographe pro avec pignon sur rue qui a ses Elinchrom depuis …30 ans ! … Je connais la page de votre amie. Elle est au top … Moi je me lance lollll … Comme je peux difficilement maîtriser le soleil, je me suis dit, essayons de maîtriser les flash de studio…. Ce sera peut être plus  »simple » que le soleil … 🙂 (entre guillemets bien entendu….)

  4. Dominique-André dit :

    Bonjour Monsieur Louis 🙂
    Il y a longtemps aussi que je n’ai plus commenter par ici donc comme vous étiez absent, nous nous retrouvons 🙂
    Bel article où je retrouve votre style toujours bien agréable à lire et où’ j’apprends toujours … Les résultats de vos photos me donnent fort envie d’essayer cette technique inconnue de moi, donc merci à vous ! … Entretemps et depuis ma dernière intervention sur votre site, je viens juste d’acquérir un bon kit Elinchrom … Envie de m’initier au studio … Peut être une suggestion d’article pour vous ? … 🙂
    Belle semaine au Canada 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s