Le plaisir de la peintographie

Ça faisait longtemps que j’en avais le goût. J’aimais … de loin.  J’éprouvais un plaisir à apprécier le travail de certains.  Celui de Gaston Quirion qui m’avait d’abord fait découvrir tout cet univers.  Puis le maître, Philippe Sainte-Laudy, généreux de conseils.  Est arrivé l’automne avec ses belles couleurs et cette envie irrésistible qui m’habite souvent d’essayer du nouveau, de découvrir, d’expérimenter, d’aller encore plus loin.  Comment pouvais-je réaliser des créations d’automne différentes de celles que j’ai pu faire par le passé?  J’ai relu pour une nième fois l’article de Philippe sur la «paintography».  Celle-ci me faisait de l’oeil depuis plusieurs années.  J’ai finalement choisi de plonger dans ce monde merveilleux des couleurs et des textures.  Pour mon plus grand plaisir. 🙂 

Bienvenue à vous tous et merci pour votre présence.  Aujourd’hui je vous propose de vivre ma découverte de la peintographie.  N’oubliez pas que vous pouvez cliquer directement sur les photos pour voir celles-ci en grand format et accéder à d’autres photos similaires.

Il faut d’abord savoir que le terme peintographie, ou « paintography » comme Philippe l’utilise, n’est pas d’usage habituel et n’est pas encore reconnu.  D’ailleurs, le correcteur de la page dans WordPress ne cesse de m’indiquer une erreur à chaque utilisation de ce terme.  Si vous googlez le terme, vous verrez quelques sources: mélange de biographie et de peinture pour les uns et pour d’autres, dont je suis, mélange de la photographie et de la peinture.  Dans le cadre de notre article, il s’agit essentiellement de recourir à une photo de qualité – nous y reviendrons – pour la transformer en la simulation d’une toile sur canevas.

Je l’indiquais d’entrée de jeu, Gaston Quirion avait déjà piqué ma curiosité il y a une dizaine d’années. J’aimais beaucoup ses créations simulant des toiles. Puis vint un article de Philippe Sainte-Laudy sur le sujet dans son blogue.   Philippe avait recours à des outils et fonctions dans Photoshop pour produire des créations de très grande qualité.  N’étant pas expert de Photoshop et n’ayant pas le goût de m’y mettre, j’avais mis de côté cette aventure artistique.  Mais le champ des possibles s’est manifesté pour moi grâce à la découverte du module « Impression » de Topaz Studio.

Il est facile de faire ses premiers pas dans la peintographie. Grâce à plusieurs préréglages (« presets ») dans le module imitant la touche de certains grands maîtres impressionnistes (Monet, Van Gogh, Cézanne) ou encore de différentes techniques (pastel, fusain, gouache), vous pouvez faire vos choix et obtenir le rendu recherché.  Après avoir fait vos premiers pas, vous prendrez facilement de l’assurance pour exploiter les fonctions plus avancées vous permettant d’accentuer ou diminuer certains des préréglages.  Vous pourrez ainsi augmenter ou diminuer la luminosité, le contraste, ajouter une vignette, voire même une texture à votre création.

Si je considère qu’il est assez facile grâce à Topaz Studio de produire des créations peintographiques, il ne faut pas minimiser le travail de qualité qui est nécessaire au préalable. Qu’on se le dise, une mauvaise photo ne fera pas une belle toile. Une composition négligée, un sujet sans intérêt, une mauvaise exposition ne se transformeront pas par magie en une toile intéressante.

Voilà que je produis de créations peintographiques depuis quelques semaines et je constate que mon oeil est éveillé pour des situations photo qui se prêtent à ce style. Une modeste branche de feuilles d’automne (ci-haut) n’aurait pas résistée à l’éditing d’une sortie photo habituelle.  Toutefois, lors de cette sortie, j’étais spécifiquement à la recherche de sujet pour la peintographie.  Je constate que des sujets plus modestes tirent très bien leur épingle du jeu lorsqu’on profite d’un arrière-fond valorisant.

La peintographie n’a pas que ses amateurs. Pour les détracteurs, la peintographie est un mode mineur, sans intérêt. Un rendu uniquement attribuable à des manipulations logiciels. Si vous souhaitez parvenir à un rendu impressionniste sans avoir recours à un traitement numérique, la chose est possible comme nous vous en faisions part dans un article précédent. Vous pourrez obtenir un rendu similaire à une toile grâce à une exposition prolongée et un peu de mouvement de votre boîtier.  Cliquez sur les photos ci-dessous pour voir d’autres réalisations possibles directement à partir de votre boîtier.


Que ce soit avec l’aide de Photoshop, Topaz Studio ou encore d’un léger mouvement de votre boîtier, il vous est possible de réaliser des créations qui sortent de l’ordinaire.  Allez, plongez!

J’espère que l’article d’aujourd’hui vous a plu.  N’hésitez pas à commenter.  Vos mots sont importants.  Merci pour votre présence.  Elle est essentielle.  

Publicités
Cet article, publié dans Sources d'inspiration, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le plaisir de la peintographie

  1. Gaston Quirion dit :

    Merci Louis de ce rappel à savoir que je fus un peu celui qui t’a donné le goût de « travailler » tes photos pour les amener ailleurs comme j’aime souvent le dire. C’est un honneur pour moi d’apprendre que je t’ai un peu influencé dans ta pratique photographique. Merci aussi pour tes lettres que je lis toujours avec attention et bénéfice personnel. Bonne continuité.

  2. Sylvain Lavoie dit :

    Merci Louis de nous faire découvrir ce traitement haut en couleur et certainement méconnu. Un sujet des plus intéressants!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s