Photographier l’inhabituel

Comme photographe, nous sommes tout naturellement attiré par l’inhabituel.   L’inusité survient?  Tout de suite, on voit une armée de cellulaires (portables) s’orienter en direction de la situation.  À la différence de ceux et celles qui veulent simplement capter l’inhabituel, le photographe a les connaissances et va prendre le temps nécessaire pour capter les situations avec des compositions fortes.   L’inhabituel nous fournit la matière.  À nous de produire des photos qui vont se démarquer.

Bonjour à vous tous et merci encore une fois pour être de ce rendez-vous.  Dans la région de Montréal, on vient d’annoncer que l’état d’urgence, d’abord décrété en raison des inondations majeures que nous connaissons, a été levé.  Tant mieux, la situation semble s’améliorer peu à peu, quoique le tout reste difficile pour les résidents et les commerçants qui sont toujours inondés.  Le quartier où je travaille et qui est parmi les plus affectés, reprend peu à peu son cours normal.

Ça et là, c’est la désolation.  Bien des maisons sont encore ceinturées de sacs de sable pour les protéger des débordements de la Rivière-des-Prairies.  Les débris jonchent dans bien des rues.  L’opération nettoyage va s’amorcer dans les prochains jours.  Des parcs, où habituellement les riverains aiment bien profiter des journées printanières et estivales, sont inondés.  L’inhabituel s’est invité et le photographe ne pouvait résister à plusieurs situations photo.

D’abord et avant tout, il est important de préciser que pour capter plusieurs des photos dans l’article d’aujourd’hui, j’ai eu recours à un des pièces d’équipement photo les plus importants dans mon arsenal, soit mes bottes de chasse Bogs.  L’investissement dans de bonnes bottes de marche imperméable est un de mes meilleurs achats, surtout lorsqu’on veut faire de la photo paysage et prendre des photos au milieu d’un ruisseau.  Grâce à ces bottes, comme dans le cas ci-dessus, j’ai pu me déplacer pour créer une diagonale avec les bancs de parc submergés.  Les bottes imperméables me permettent aussi d’avoir une proximité avec les éléments et ainsi créer un cadrage «rentre-d’dans».

Malgré l’inhabituel, n’oublions pas notre règle des tiers pour créer nos cadrages.  Dans ce cas-ci, j’ai eu recours à cette règle de même qu’à la coloration sélective pour faire ressortir un peu d’ironie dans la situation.

Il est toujours intéressant de profiter de la présence d’éléments pour créer un cadrage dans un cadrage afin de mieux cerner le regard du lecteur de notre photo.

Malgré la situation, il faut aussi faire preuve de patience comme pour la photo de rue. Dans ce cas-ci, j’ai attendu que les bernaches se détachent correctement des éléments fixes pour déclencher.

Situation habituelle?  Style photo inhabituel et traitement photo appuyé.  Dans ce cas-ci, j’ai eu recours au style «effet miniature» disponible dans mon Canon G5X pour capter la photo ci-dessous.  Si vous n’avez pas cet effet, il est facile de le reproduire dans Lightroom. J’ai également fait appel au progiciel gratuit Color Efex Pro de la suite Google Nik’s Collection.  Les photos dans mon article d’aujourd’hui, que vous pouvez voir en grand format en cliquant sur celles-ci, sont traitées de façon plus appuyée et sombre que je le fais d’habitude mais le traitement correspond à ma perception des moments plus difficiles et des drames vécus par les riverains, que ce soit dans mon quartier de travail ou encore ailleurs au Québec.

L’inhabituel nous donne des situations pour des photos mais il faut viser à créer des photos à la hauteur du défi qui nous est offert.  Les principes fondamentaux restent. Prendre notre temps pour identifier le meilleur angle et la meilleure perspective pour capter notre sujet.  Localiser celui-ci dans notre cadrage pour obtenir l’effet recherché. Exercer la patience nécessaire pour attendre le moment propice afin que les éléments soient localisés aux endroits les plus judicieux dans notre cadrage.

J’espère que l’article d’aujourd’hui vous a plu.  N’hésitez pas à commenter.  Vos mots sont importants.  Merci pour votre présence.  Elle est essentielle.  

Publicités
Cet article, publié dans Thèmes photo, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Photographier l’inhabituel

  1. olivier naisy dit :

    Venant de Belgique,on a pu apercevoir les inondations aux infos ! Pas facile pour ces personnes !Par contre bravo aux instants photographiés , belles photos olio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s