Revenir à l’essentiel

Peut-on faire une pause salutaire pour quelques instants?  Cessez la course au modèle de boîtier dernier cri? Cessez de balancer entre la technologie avec ou sans miroir? Cessez de zieuter la nouvelle lentille (v2) qui remplacerait la v1 que vous avez présentement? Si on prenait quelques moments pour se rappeler les choses importantes, pour revenir à l’essentiel?     On se permet ça ensemble le temps d’un article? 

Bon début de semaine à vous tous.   J’ai le goût de partager avec vous un billet d’humeur qui m’est inspiré par le début de la saison des nouveautés dans le domaine de la photo. Plusieurs peuvent croire qu’il s’agit d’un moment excitant pour votre humble formateur/blogueur.   Tellement d’avancées technologiques, tellement de frontières repoussées.  Les ISO ne cessent de grimper, les versions de boîtier ne cessent de se multiplier, les lentilles deviennent encore plus lumineuses, les viseurs optiques sur les appareils ne cessent de disparaître (un viseur optique, c’est quoi ça?) et les besoins en batteries additionnelles ne cessent de croître.  Je devrais jubiler non?

Vous pressentez bien dans mon propos que ce n’est pas le cas, du moins cette année.  La guerre des mégapixels est relancée.  Tour à tour, Nikon, Sony, Olympus et maintenant Canon se sont relancés dans la danse des mégapixels.  Nous avions eu une accalmie pour quelques saisons.  On vendait les appareils photo en vantant leurs capacités pour faire de la vidéo 4k.  Mais Nikon est arrivé avec ses pleins capteurs à près de 50 mégapixels. Le dernier Olympus carbure à 40 mégapixels.  Idem pour Sony. Et avec l’arrivée d’un 50 mégapixels chez Canon (non pas avec un mais deux modèles s.v.p.!), c’est reparti.

Ce qui est exaspérant, c’est cette tromperie véhiculée fois après fois, par tous et chacun, à l’effet que plus il y a de pixels, meilleures sont nos photos.  Plus les fonctions semblent plus évoluées dans un appareil plutôt qu’un autre, les photos seront plus réussies.  Et vous savez quoi?  Ce marketing fonctionne.

Adore-t-on la nouveauté à ce point?  Croyons-nous vraiment que l’appareil que nous avons entre les mains est rendu caduque (voire non fonctionnel) lorsque le remplaçant arrive sur le marché?  Manifestement…oui.  Le Ipad fêtait récemment son 5e anniversaire.  Combien y a-t-il eu de modèles depuis sa création?  Six!  On peut sans se tromper affirmer que le même phénomène est présent dans l’industrie de la photo.  Le rythme effréné de mise en marché suit une cadence de 12 à 18 mois généralement pour un nouveau modèle d’une même série.  Ceux-ci trouvent manifestement preneurs.  Sur le marché de l’usagé, les appareils de génération précédente font leur apparition fréquemment, affichant la plupart du temps moins de 15% de la capacité mécanique de durée de vie de l’appareil.  On comprendra toutefois que les pros font les choix qui s’imposent et s’assurent d’aller au bout de leur investissement.

Mon exaspération est de voir les démonstrations qui sont faites pour vous convaincre de la qualité supérieure d’un plus grand nombre de mégapixels.  On a droit à des photos (mièvres) sur des paysages urbains.  On fait un plan rapproché d’un détail dans la photo – un minuscule balcon par exemple – pour vous illustrer la qualité des détails, la netteté atteinte.  Wow! Je devrais probablement tomber en pâmoison sur le détail d’une corde à linge sur le balcon dans un décor urbain.  J’ai essayé…je n’y parviens pas.  Moi qui affectionne le flou comme dans la photo ci-haut, vous comprenez que l’hyper netteté, l’hyper précision, l’hyper détail….euh…bien peu pour moi.  Ah oui, c’est vrai…j’oubliais. Grâce à tous ces mégapixels, si vous faites un mauvais cadrage, vous pouvez recadrer en post traitement et votre photo aurait toujours assez d’informations en résolution pour faire un tirage acceptable.  Fiou!  Mais à bien y penser, voilà une bouée de sauvetage plutôt dispendieuse non?  Dispendieuse en cartes mémoires à grande capacité, dispendieuse en espace de disque dur pour votre ordinateur, dispendieuse en mémoire vive nécessaire pour le traitement numérique de fichiers aussi imposants.

Revenir à l’essentiel

Je pourrais poursuivre ma tirade – et ce n’est pas le goût qui manque – mais je vais plutôt vous encourager à relire certains de mes écrits qui cherchent à nous ramener à l’essentiel. Tous ces mégapixels ne valent rien.  Rien.  R-i-e-n.  Sans votre émotion, sans votre sens du propos, sans le récit d’une histoire, sans votre vision très personnelle, ces mégapixels – qu’ils soient au nombre de 5, 10, 12, 18, 24, 45 ou 50, ne valent r-i-e-n.

Comment arriver à votre essentiel?  Voici quelques suggestions de lecture:

Voici également deux découvertes qui m’inspire, qui me réconcilie et me font croire que certains n’oublient pas l’essentiel.

  • L’exposition de jeunes adolescents photographes à la Maison de la culture Hochelaga. Voici le merveilleux descriptif de l’exposition à venir:
    Dans un contexte contemporain où l’image photographique est présente partout, il est important de considérer son impact sur nous. Les jeunes du projet Vision Jeunesse se la réapproprient. Le médium devient ici outil d’introspection, miroir vers l’intérieur, mais aussi découverte du monde en tant que fenêtre sur des opinions, des expériences, des émotions. La photographie, c’est aussi un phénomène culturel, un héritage, un rituel. Grâce à sa pratique actuelle quasi anachronique de la photographie argentique, Vision Jeunesse assure la transmission d’un savoir et d’une tradition. Comprendre une technique plus ancienne aide à en maîtriser une nouvelle.  
  • Le site photosbylo.jimdo.com qu’une lectrice du blogue m’a invité à découvrir.  Le nom du photographe est à la limite de l’anonymat: LO.  Même en explorant son site, je n’ai pu en savoir davantage.  Toutefois, les photos sont remarquables.  À voir absolument.  La visée du photographe s’inscrit dans un bel humanisme:
    Depuis un moment déjà, j’avais pour projet de me rendre dans ces camps de l’agglomération lilloise. Ici on dit les « roms », sans pour autant en connaître la signification exacte.
    J’avais à coeur de photographier ces personnes, de témoigner, de les rencontrer.
    Elle n’a pas d’autre prétention que de vous faire découvrir ce que nous sommes tous en fait………..des êtres humains.

Il faut revenir à cet essentiel.  Revenir à nos motivations.  Miser sur cette «autre» règle des tiers dont je vous ai déjà fait état: vision, émotion, moment.

Y’a certainement rien de mal à se gâter, à se procurer ce modèle qu’on zieute depuis longtemps.  Celui qu’on pense qui nous amènera plus loin.  Je l’ai déjà fait, sans culpabilité d’ailleurs.  Mais ce qui m’agace probablement est probablement le phénomène des mirages, de la pensée magique, du recours à l’électronique pour croire qu’on peut réussir de bonnes photos.  On oublie l’apprentissage, le souci de se perfectionner, le travail pour y parvenir et la patience nécessaire pour réussir.  L’essentiel, heureusement, ne se calcule pas encore en mégapixels.  

Votre avis?

Publicités
Cet article, publié dans Billet d'humeur, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Revenir à l’essentiel

  1. On ne peut que souscrire à votre analyse !

    Seul compte le résultat final (idéalement le tirage papier) et ce n’est pas le dernier cri des technologies qui nous permettra d’atteindre l’essentiel… Malheureusement le commun des mortels et je dirais même la majorité des photographes (qu’ils soient amateurs ou professionnels) succombent à ce qui est mis en évidence par le marketing et ne leur permettra pas pour autant de réaliser de bonnes photographies !

    Les gens aiment l’esbroufe et ce afin d’épater la galerie. Il suffit de découvrir sur les nombreux sites Internet des photographes la liste complète de leur matériel qui, si elle n’est pas fournie à des fins pédagogique, est totalement inutile.

    Je dis d’ailleurs, par boutade, aux photographes qui se targuent d’avoir l’appareil photographique « dernier cri » : « Montre-moi d’abord de bonnes photographies ! ». Dans de nombreux cas j’attends toujours de voir ces bonnes photographies !

  2. vbonnefond dit :

    Encore un excellent article, Louis, plein de bon sens et de raison.
    Pour ma part, je choisis souvent la génération précédente au budget plus accessible…

  3. liliane dit :

    Merci Louis pour ce nouvel article. Je ne suis pas étonnée de la position que vous prenez et c’est d’ailleurs pour cela que je continue à lire votre Blog avec grand plaisir.
    merci pour vos précieux conseils et à bientôt.
    Liliane

  4. Diane Dumas dit :

    Tout à fait de votre avis!!!!! merci de nous partager votre vision et de nous ramener à l’essentiel!

  5. Helene dit :

    Merci pour votre billet qui représente une réalité de notre siècle. Toujours le dernier cri, même si celui que l’on possède fonctionne encore très bien. Société de consommation… Que de plaisir lorsque l’on parviens avec notre matériel à faire la photo comme nous la ressentons.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s